Dépôt d'armes attaqué au Burkina/ 10 à 17 ans de prison pour d'ex-agents du RSP

Actualités | Publié le Vendredi 07 Avril 2017 à 07:07:04 | |
 
Dépôt d'armes attaqué au Burkina/ 10 à 17 ans de prison pour d'ex-agents du RSP

Au Burkina Faso, le tribunal militaire de Ouagadougou vient de donner le verdict dans le procès de l'attaque d'un dépôt d'armes de l'armée par des militaires de l'ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP). Le cerveau de l'attaque, le sergent-chef Ali Sanou écope d'une peine de 17 ans de prison ferme. Plusieurs autres soldats sont condamnés à 10 ans.

Le sergent-chef Ali Sanou et le sergent Ollo Poda Stanislas sont condamnés à dix-sept ans de prison ferme. Treize autres militaires de l'ex-régiment de sécurité présidentielle sont condamnés à dix ans de réclusion. Ils sont reconnus coupables de complot militaire, vol aggravé, désertion à l'étranger en temps de paix, de détention illégale d'armes et munitions.

Trois sous-officiers de l'ex-garde du président déchu Blaise Compaoré ont été reconnus coupables de désertion en temps de paix et condamnés à trois mois de prison ferme. Ce sont les sergents-chefs Zerbo Mohamed et Roger Koussoubé, et l'adjudant Ouekouri Kossé. Ces derniers qui s'étaient réfugiés en territoire ivoirien avaient été remis aux autorités militaires dans le cadre de la coopération policière entre les deux pays.

Le seul civil accusé de recel de malfaiteurs dans ce dossier est acquitté. Il était accusé d'avoir aidé les assaillants dans leur fuite vers la frontière ghanéenne. Un autre soldat a été acquitté pour infraction non constituée.

Déception de la défense

Dès l'annonce du verdict par le tribunal, certains membres des familles des militaires condamnés ont fondu en larmes. Les avocats de la défense se disent tous déçus de ce verdict, estimant que le parquet n'avait pas fourni les preuves d'un complot militaire.

Maitre Bruno Fako Ouattara qui a assuré la défense du sergent-chef Ali Sanou estime que ce verdict est « lourd ». Il se dit d'ailleurs surpris car le tribunal n'a jugé qu'un seul élément de la volonté de son client. « Nous ne sommes pas trop d'accord avec la décision, en même temps nous comprenons le tribunal qui veut satisfaire son opinion publique » dénonce-t-il.

Pour maitre Odilon Gouba, l'avocat du sergent Ollo Poda Stanislas condamné également à 17 ans de prison, ce verdict ne reflète pas l'instruction qui a été faite à la barre.

Commentaires Facebook