Ouganda: le président Museveni veut revoir sa position sur la peine de mort

Actualités | Publié le Vendredi 19 Janvier 2018 à 16:56:47 | |
 
Ouganda: le président Museveni veut revoir sa position sur la peine de mort

En Ouganda, le président Museveni envisage de revoir sa position sur la peine de mort dans le pays. Si elle n'est pas abolie dans le droit, elle est rarement appliquée. Et le chef de l'Etat estime qu'il ne faut pas être trop souple ni trop indulgent.  

 

 

C'est à Luzira, la plus grande prison du pays, que Yoweri Museveni a suggéré, ce jeudi 18 janvier, l'idée qu'il pourrait faire appliquer la peine capitale pour la centaine de condamnés à mort de la prison. En Ouganda la peine de mort n'a jamais été abolie, mais aucune condamnation n'a eu lieu depuis 2005.

 

C'est donc devant des gardiens de prison qu'il était venu saluer, que le président a tenu ces propos sans équivoque : « Nous devrions pendre ces gens. Ils ont tué des personnes, ils ont besoin d'une leçon. Nous avons été trop laxistes. Je pense que je vais revoir ma position et en pendre certains ».

 

Ces propos, Museveni les reprend sur Twitter. Il affirme craindre que son indulgence ne laisse croire aux criminels que tout leur est permis. Pourtant, pour Nicholas Opiyo, défenseur des droits de l'homme ougandais, Museveni ne mettra pas ses menaces à exécution : « L'application de la peine de mort est une question très politique en Ouganda. Quand une personne est condamnée à mort, ce qui se passe généralement, c'est que son village envoie des délégations auprès du président pour lui demander de ne pas procéder à l'exécution. Les délégations vont demander le pardon. Donc je ne pense pas que le président mettra à exécution sa menace. S'il le fait, j'en serais très surpris ».

 

Pour Nicholas Opiyo, cette déclaration provocante est aussi un moyen de détourner le débat sur la suppression de l'âge limite dans la Constitution qui permettra au président, au pouvoir depuis 1986, de se représenter en 2021. Cette annonce faite en décembre avait été fortement controversée.

Commentaires Facebook