Sommet de la Cedeao : pourquoi Mohammed VI ne s'y rend finalement pas

Actualités | Publié le Dimanche 04 Juin 2017 à 12:36:18 | |
 

+ de Actualités

BUZZ ACTU  

Sommet de la Cedeao : pourquoi Mohammed VI ne s'y rend finalement pas

Alors que la Cedeao doit examiner la candidature du Maroc, la polémique enfle autour de la présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

 

C'est confirmé. Alors que doit être étudiée la proposition d'adhésion du Maroc au sein de la grande famille africaine de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), le roi du Maroc ne fera pas le déplacement au Liberia ce week-end. En cause ? La « controverse » liée à la présence du Premier ministre israélien.

Pourquoi Mohammed VI sera absent

Le roi « souhaite que sa première présence à un sommet de la Cedeao n'intervienne pas dans un contexte de tension et de controverse, et tient à éviter tout amalgame ou confusion », indique le communiqué officiel des Affaires étrangères publié dans la nuit de jeudi à vendredi. La décision est tombée au cours des derniers jours. Selon le ministère marocain, des pays importants de la Cedeao « ont décidé de réduire au minimum leur niveau de représentation à ce sommet, en raison de leur désaccord avec l'invitation adressée au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ».

Mohammed VI « avait prévu de se rendre les 3 et 4 juin à Monrovia, à l'occasion du 51e Sommet de la Cedeao, qui devrait notamment examiner » la candidature du Maroc pour adhérer à cette organisation. Depuis la création de l'organisation sous-régionale le 28 mai 1975, ce sera la première fois que le Liberia va accueillir un sommet de la Cedeao. La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf assume la présidence en exercice tournant de l'institution sous-régionale depuis juin 2016.

Des événements organisés en marge du Sommet comprendront notamment la signature du Traité sur l'autoroute Dakar-Abidjan, une déclaration par des partis politiques libériens en lice pour les prochaines élections présidentielles et une déclaration commune Cedeao-Israël. Une importante cérémonie du projet régional d'énergie électrique regroupant la Côte d'Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée est également prévue au programme.

Outre la proposition d'adhésion du Maroc, la demande de la Tunisie d'un statut d'observateur et un accord avec la Mauritanie sont à l'ordre du jour du sommet.

Le Maroc maintient son intention d'intégrer l'organisation

Après son retour réussi au sein de l'Union africaine (UA) début 2017, le Maroc s'est porté candidat pour devenir membre de la Cedeao, et a développé en conséquence ces derniers mois une intense activité diplomatique en Afrique de l'Ouest pour y parvenir. C'est en tant que premier investisseur en Afrique de l'Ouest que le Maroc – sur instruction du roi Mohamed VI – a officiellement demandé à intégrer la Cedeao, en tant que membre à part entière.

Dans la missive transmise à la présidence, le royaume chérifien met en avant les 23 déplacements du roi du Maroc dans 11 pays de la région et ses centaines de contrats d'investissements signés.

Le Premier ministre israélien doit se rendre au sommet de Monrovia à partir de dimanche à la tête d'une importante délégation diplomatique et économique, a indiqué son bureau.

L'État hébreu est lui aussi très actif diplomatiquement et économiquement sur le continent. M. Netanyahu s'est rendu l'an passé dans quatre pays africains, dont le Togo, où il devrait rencontrer en octobre une trentaine de dirigeants africains au cours d'un sommet Afrique-Israël.

 

                                                                            Le Point

 

Commentaires Facebook