Présentant vendredi à New-York son 25ème rapport sur la situation au Darfour, Mme Bensouda a exhorté le CSNU à prendre des mesures concrètes en vue de rendre justice aux victimes des crimes commis au Darfour.

Elle a souligné la nécessité d’agir pour l’arrestation et la reddition de suspects recherchés par le tribunal, comme le Président du Soudan Omar Al Bashir. Un mandat d’arrêt a été délivré par la CPI en 2009 contre ce dernier mais il s’est rendu sans coup férir dans des pays comme l’Afrique du Sud, et plus récemment en Jordanie.

« Il ne faut pas qu’on oublie que ces hommes sont accusés d’accusations multiples pour certains des crimes les plus graves au monde, conformément au Statut de Rome », a déclaré la procureure.

Le Darfour est encore une zone de conflit, a-t-elle poursuivi, exprimant sa préoccupation quant aux récents développements sur le terrain.

 

                                                                             APA