Tchad: la colère des ex-casques bleus déployés au Mali

Actualités | Publié le Jeudi 08 Juin 2017 à 10:52:56 | |
 

+ de Actualités

Tchad: la colère des ex-casques bleus déployés au Mali

Au Tchad, quelque 2500 ex-casques bleus lancent un cri d'alarme. Depuis leur retour au pays, il y a plus d'un an, ils affirment n'avoir jamais perçu ni salaire ni prime pour leur travail sous le drapeau onusien au Mali. Leur lettre à la mission de l'ONU au Mali et démarches auprès des autorités tchadiennes seraient à ce jour restées sans réponse. Résultat: ces ex-casques bleus ont décidé de protester et de tenter de se faire entendre en brûlant les bérets de l'ONU.

 

 

Maxime Altora, un de leurs délégués était ce matin sur les antennes de RFI. Il a entre autres précisé en quoi consiste la protestation et le contexte dans lequel elle intervient.

« Cette opération consiste à brûler tous les effets comportant les marques de l’ONU. A savoir les bérets, les chèches, les brassards, les cravates… C’est l’expression de la douleur du militaire tchadien qui a hissé le drapeau du pays à l’extérieur, qui a imprimé les bonnes images du pays à l’extérieur et qui est maltraitée aujourd’hui, parce que depuis que nous sommes rentrés on n’a même pas eu nos droits. Les casques bleus d’autres contingents, ivoiriens, sénégalais, camerounais... perçoivent leurs primes de risque, leurs primes de chaleur sur le terrain. Et les salaires mensuels qui montent à 1037 dollars (environ 605 535 FCFA, ndlr) sont versés directement sur leurs comptes bancaires. Alors que le casque bleu tchadien n’a rien eu, ni prime de chaleur ni prime de risque ni salaire mensuel. Jusqu’à présent, on ne nous a pas payé, on ne sait pas si c’est la MINUSMA qui doit nous payer directement ou bien l’argent est versé dans le compte de l’Etat tchadien et que ce sont nos autorités qui refusent de  nous payer. On ne sait pas », a-t-il déclaré.

 

 

Commentaires Facebook