Abidjan/Plus rien ne va à la BAD : La banque au bord du chaos

Economie | Publié le Mercredi 31 Janvier 2018 à 11:41:22 | |
 

+ de Economie

Abidjan/Plus rien ne va à la BAD : La banque au bord du chaos

L’hebdomadaire satirique L’Eléphant déchaîné titrait le mardi 30 janvier : « Banque Africaine de Développement (Abidjan) : Atmosphère de “Guerre Civile’’ ». Joint par RFI, aujourd’hui, Assalé Tiémoko, le directeur général révèle des informations pour le moins troublantes.

 

 

« Derrière ce titre, nous mettons la lumière, suivant des documents au contenu renversant, sur les étranges pratiques managériales du nouveau président de la banque africaine de développement (BAD, ndlr) le nigérian Akinwuni Adesina, désigné en mai 2015 avec le soutien actif du gouvernement ivoirien. Les pratiques du nouveau président (de la banque africaine de développement), notamment des pressions morales, des accusations infamantes, des licenciements brutaux et abusifs, ont fini par installer dans la banque une véritable atmosphère de guerre civile », a-t-il expliqué.

Selon Assalé Tiémoko, depuis sa prise de fonction, Akinwumi Adesina aura procédé à « une soixantaine de licenciements dont une bonne partie jugée d’ailleurs abusifs par le tribunal administratif ».

Le confrère dénonce également  « une cinquantaine de démissions dont celle d’une vice-présidente de nationalité tanzanienne ».

« Deux autres vice-présidents ont quitté la banque et selon nos informations, d’autres départs imminents sont annoncés. Ces licenciements abusifs entrainent une cascade de procès perdus par la banque avec des conséquences financières importantes depuis quelques semaines », poursuit-il.

Les cadres et haut-cadres ivoiriens en poste dans l’institution continentale ne sont pas non plus épargnés. Toutefois, les pouvoirs publics nationaux,  avertis, devraient bientôt prendre les mesures nécessaires.

« Le gouvernement ivoirien est informé de la situation globale et particulièrement de celle des hauts cadres ivoiriens virés sans ménagement. Selon nos informations, l’administrateur pour la Côte d’Ivoire, l’ancien ministre  Dosso Moussa devrait être entendu prochainement sur cette situation et d’ailleurs d’autres départs sont annoncés concernant d’autres cadres ivoiriens. Donc le gouvernement ivoirien devrait pouvoir réagir dans les semaines qui viennent », a conclu le directeur général de L’Eléphant déchaîné.

 

 

Commentaires Facebook