Le gouvernement burkinabé allège les conditions d’exécution des marchés publics en vue de doper les investissements

Economie | Publié le Dimanche 25 Juin 2017 à 14:45:25 | |
 
Le gouvernement burkinabé allège les conditions d’exécution des marchés publics en vue de doper les investissements

Le gouvernement burkinabé a décidé d’alléger les conditions d’exécution des marchés publics, en vue de doper les investissements et de résorber la faiblesse des investissements publics (un taux inférieur à 30% en juin 2017), a appris APA auprès du ministère de l’économie et des finances.

Ces mesures portent sur l’allègement des conditions d’exécution des programmes partenariats public-privés (PPP), celui des conditions de recours à la procédure d’entente directe pour la passation des marchés publics et délégation de services publics dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le Sahel (d’un coût de 415 milliards de FCFA)

Elles ont aussi trait à l’assouplissement des conditions de recours à la procédure d’entente directe pour la passation des marchés publics et délégation de services publics dans la mise en œuvre des projets et programmes d’investissements pour l’année 2017.

Ces mesures visent à répondre aux engagements sociaux pris par le gouvernement avec les populations.

Les secteurs concernés sont au nombre de huit : l’Agriculture, l’Elevage, l’Education, la Santé, les Infrastructures, l’Eau potable, les questions humanitaires et l’Energie », selon la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori.

Anticipant la réaction de la société civile, la ministre a tenu à préciser que «les balises requises ont été mises en place pour s’assurer que les prestataires et les fournisseurs, ont effectivement les capacités financières et techniques pour faire le travail. Toutes les entreprises ayant abandonné des chantiers, ne seront pas prises en compte au niveau de la nouvelle procédure ».

De même, tous les marchés qui vont être exécutés sous ces procédures, seront audités pour que les ordonnateurs des différents budgets puissent rendre compte de leurs gestions.

Commentaires Facebook