Accusée par des complotistes, la NASA nie avoir envoyé des enfants-esclaves sur Mars

Fait Divers | Publié le Mardi 04 Juillet 2017 à 07:11:19 | |
 
Accusée par des complotistes, la NASA nie avoir envoyé des enfants-esclaves sur Mars

Un « expert » interrogé par le militant d’extrême droite Alex Jones a affirmé que des enfants étaient enlevés pour devenir esclaves sur Mars. La NASA a dû démentir.

En matière de théorie conspirationniste, on ne présente plus l’Américain Alex Jones, fondateur du site d’extrême droite InfoWars et auteur d’une émission de radio, The Alex Jones Show. Il a nourri les plus grandes œuvres du genre. La théorie du complot sur le 11-Septembre et sur la tuerie de l’école Sandy Hook (des complots du gouvernement), et celle sur la pizzeria Comet Ping Pong de Washington (un coup des démocrates).

Dernière trouvaille en date, M. Jones a invité en plateau Robert David Steele, un homme présenté comme un ancien agent secret, pour commenterl’inculpation pour agressions sexuelles du cardinal australien George Pell, l’argentier du Vatican. Comme tout bon conspirationniste, M. Steele est persuadé que ces accusations sont un coup monté pour dissimuler des faits plus graves.

Il se met donc rapidement à évoquer un trafic de grande ampleur : on enverrait des enfants sur Mars qui, au terme d’un voyage de vingt ans, deviendraient esclaves d’une colonie installée sur cette planète« Nous pensons qu’il existe une colonie sur Mars, peuplée d’enfants kidnappés et envoyés dans l’espace », explique Robert David Steele. « Une fois sur Mars, ils n’ont pas d’autre alternative que de devenir esclaves de la colonie. » M. Jones renchérit en affirmant que la NASA, l’agence spatiale américaine, ne « souhaite pas qu’on regarde de plus près » ce qui se passe sur Mars, preuve qu’il s’y passe des choses pas très nettes.

Il y a quelques années, cette théorie conspirationniste aurait sans doute été reléguée au rang des affabulations proférées par quelques hurluberlus dans des zones lointaines de l’Internet, là où elles n’auraient eu aucune chance d’avoir un impact sur le réel. Mais la NASA a démenti les propos de M. Steele sur la supposée colonie d’esclaves. Un porte-parole interrogé par le site Daily Beast a coupé court aux fantasmes en affirmant : « Il n’y a pas d’êtres humains sur Mars. »

Du conspirationnisme délirant à un véritable média

Dans cette histoire, c’est moins le contenu farfelu de la théorie qui pose question que le fait que l’agence spatiale américaine ait pris le temps de répondre. Pourquoi une institution de cette ampleur se donne-t-elle la peine de réfuter de tels propos ?

Ce démenti semble montrer la place qu’occupent désormais M. Jones, son émission et son site Web dans le paysage médiatique américain. Bien sûr, les théories conspirationnistes existent depuis longtemps. Mais elles sont aujourd’hui considérées plus sérieusement dans un espace médiatique où les fausses informations se mélangent aux vraies, non plus seulement sur Internet mais jusque dans la communication présidentielle.

Par ailleurs, l’élection de Donald Trump a contribué à tirer InfoWars des rangs des sites conspirationnistes délirants pour en faire – presque – un véritable média. Ce site d’information d’extrême droite, répertorié comme un relais de « fake news » par de nombreux sites et organismes et dont la chaîne YouTube est suivie par 2 millions d’internautes, a activement soutenu la campagne de M. Trump.

Le président américain a été reçu dans l’émission de M. Jones à la fin de l’année 2015, où il a d’ailleurs complimenté le présentateur sur son « incroyable popularité ». Le 22 mai 2017, le site a obtenu des accréditations d’une journée (moins prestigieuses que les accréditations permanentes) à la Maison Blanche, ce que le correspondant d’InfoWars à Washington s’est empressé de préciser sur Twitter. En janvier, M. Jones s’était déjà vanté d’être accrédité. La Maison Blanche avait démenti.

Des « fake news » au monde réel

Le site conspirationniste n’est pas seulement connu pour son soutien à l’occupant du bureau Ovale. C’est aussi devenu une « voix » influente d’Internet, dont les affabulations ont des conséquences bien réelles. Le « pizzagate », par exemple, a pris une forte ampleur à la fin de la campagne présidentielle.

Cette théorie, nourrie par InfoWars, voulait qu’un réseau pédophile mené par des proches de la candidate démocrate Hillary Clinton ait trouvé refuge dans les sous-sols de la pizzeria Comet Ping Pong, un restaurant de la capitale, Washington DC. Un homme s’y est finalement rendu avec une arme pour « mener sa propre enquête » et sans doute, imaginait-il, libérer des enfants retenus prisonniers… Pour cette affaire, M. Jones a été condamné à présenterdes excuses après une plainte du restaurateur contre lui.

 

 

Commentaires Facebook