Amiens : il violait ses enfants, même au parloir

Fait Divers | Publié le Jeudi 05 Octobre 2017 à 16:25:07 | |
 

+ de Fait Divers

Amiens : il violait ses enfants, même au parloir

Un homme a été condamné à la réclusion à perpétuité à Amiens, pour avoir violé sa fille et ses deux belles-filles, même au parloir lorsqu'il était emprisonné. Sa femme, accusé de complicité, a écopé de quinze ans de prison.

 

Entre viols incestueux et envies zoophiles, c'est une histoire hors norme que racontent nos confrères du Courrier Picard. Un homme a été condamné ce mercredi à la réclusion à perpétuité par la Cour d'assises de la Somme, à Amiens. La raison : il violait sa fille et ses deux belles-filles, même au parloir. Son épouse, accusée de complicité, a écopé de quinze ans de prison.

En 2003, il est condamné à huit ans de prison pour le viol de sa fille, alors âgée de 13 ans. Mais il ne s'arrête pas là et demande à sa nouvelle épouse de lui amener ses propres filles, qu'elle a eu d'une précédente union, pour qu'il puisse les violer au parloir. Elles avaient entre 8 et 17 ans.

Les enfants étaient chargés de faire le guet pour s'assurer que les surveillants ne voyaient rien. La mère, elle, participait à ces actes, s'employant à leur "éducation sexuelle", et s'assurant que les enfants étaient dans les bonnes positions. 

Coucher avec un chien

A sa sortie de prison, il ne s'arrête toujours pas : il fait volontairement un bébé à une de ses belles-filles, souhaite que des enfants aient des relations sexuelles devant lui et que sa femme couche avec un chien. Seule chose qu'elle lui refuse, déclarant "je ne suis pas une bête". Elle accepte néanmoins de coucher avec son fils, âgé de 15 ans. 

"Et elle avoue, sans qu’on lui pose la moindre question, qu’elle a plus de plaisir avec son fils qu’avec son mari !", s'est effarée Anne-Laure Pillon, l'avocate des victimes.

Ces histoires familiales ne sont révélées qu'en novembre 2015, lorsqu'une des filles se confie à une assistante sociale. Moins de trois semaines plus tard, les parents sont écroués.

 

Source:dna.f

Commentaires Facebook