Bamako: Pris en flagrant « délit », deux homosexuels dans un hôtel se font lyncher

Fait Divers | Publié le Jeudi 18 Mai 2017 à 17:26:03 | |
 

+ de Fait Divers

Bamako: Pris en flagrant « délit », deux homosexuels dans un hôtel se font lyncher

  Deux homosexuels ont été découverts  par la sécurité dans un hôtel de Bamako, capitale du Mali.  Les « amoureux » ont été légèrement lynchés par les populations, pour ainsi, interpeller tous ceux et celles qui tenteraient de revendiquer leur penchants homosexuels.

 

La scène s’est déroulée dans un complexe hôtelier de Bamako. Deux hommes qui s’étaient retrouvés pour certainement une nuit « d’amour », dans la maison de passage. Si la sécurité a raccompagné sans bruit les deux hommes hors du complexe hôtelier, ils n’ont pas eu le même traitement avec la population qui les a lynchés. Ils ont même été menacés de mort. N’eut été la présence des agents de sécurité de l’hôtel, ils auraient été passés à tabac, voire pire. Les tourtereaux homosexuels ont néanmoins reçu quelques coups par la foule visiblement très en colère à l’idée de voir l’homosexualité se pratiquer dans leur ville, leur pays.

La foule manifestement excitée scandait tantôt « qu’on les brûle », tantôt qu’ils soient purement et simplement tués ; pour servir certainement dissuader tous qui sont ou qui souhaitent devenir comme eux.

La détermination des populations maliennes à finir avec ces deux hommes, montrent à quel point l’homosexualité est mal vu et perçu dans ce pays à forte consonance musulmane.

Faut-il le rappeler, plus de 80% de la population malienne est de confession musulmane, une religion qui combat avec fermeté la pratique l’homosexualité.

Outre le Mali,  la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger et bien d’autres pays de la sous-région ouest africaine et subsaharienne ne « cautionne » cette pratique sexuelle. Aussi, la communauté « LGBT »,     vie-t-elle dans la réclusion à part quelques petites apparitions pour se faire accepter dans certains rare pays. Aucun texte à ce jour ne leur donne le droit de revendiquer pleinement leur statut.

Leur combat, trouvera-t-il un jour un écho favorable dans cette communauté africaine si ancrée dans ses valeurs morales ? L’avenir nous dira.

 

Commentaires Facebook