Des islamistes attaquent des chrétiens au Nigeria, 26 morts et des blessés

Fait Divers | Publié le Jeudi 02 Mars 2017 à 14:49:49 | |
 

+ de Fait Divers

BUZZ ACTU  

Des islamistes attaquent des chrétiens au Nigeria, 26 morts et des blessés

Dans l’Etat de Kaduna, au Nigeria, une attaque contre la communauté chrétienne a été perpétrée par des islamistes Peuls. Una attaque d’une violence extrême qui a occasionné la destruction de la maison et tué plus de 26 personnes, dont deux agents de la police. Les faits se sont déroulés les 19 et 20 février derniers.

Les extrémistes islamiques de l'ethnie Fulani, issus de la communauté Peul, armés, ont mené des attaques sur les communautés chrétiennes vivant dans l'Etat de Kaduna, le 19 et 20 Février. Ce peuple est le deuxième plus grand persécuteur des chrétiens au Nigeria.


Selon CSW et un site chrétien du Nigeria,  des centaines d'extrémistes sont apparus dans Bakin Kogi dans des zones locales du gouvernement du Jemâa dans le sud de Kaduna la nuit du 19 Février, brûlant les maisons, tuant au moins sept personnes et laissant plusieurs de blessés.

Le matin du 20 Février, des hommes armés peuls ont tué 14 personnes dans des attaques simultanées dans les villages de Mifi et Ashim à Kaura. Parmi les victimes figuraient des femmes et des enfants, et qui avait entre huit et 73 ans. Les Peuls ont également été impliqués dans des combats armés avec des soldats et des policiers qui se sont déplacés pour réprimer les attaques.

Le gouvernement de l'État a déclaré que les derniers meurtres ont déplacé le commandant de l'armée et de la police au sud de Kaduna, apparemment pour coordonner une riposte à hommes armés".

Cependant, ils ont également accusé les chefs religieux, des extrémistes, des journalistes et même les chefs traditionnels qui cherchent à accroître la violence, ce qui traduit par des discours de haine, afin d'essayer d'obtenir un financement étranger. Plusieurs d'entre eux ont été emmenés pour interrogatoire et ont été brièvement détenus.

Le 17 Février, le militant et avocat Audu Maikori, qui à tort a posté sur son Twitter un faux rapport a été arrêté, avant qu'il ne puisse le retirer et présenter des excuses, à Lagos et a été emmené à Abuja, où il a passé la nuit avant qu'un mandat soit délivré à Kaduna. 

 

Avec Agence

Commentaires Facebook