Des restes humains décapités retrouvés chez un homme de 80 ans

Fait Divers | Publié le Lundi 26 Juin 2017 à 13:45:29 | |
 
Des restes humains décapités retrouvés chez un homme de 80 ans

Un homme de 80 ans, Lamidi Abioye, a été arrêté par le Commandement de la police d’Osun après que des corps décomposés et décapités ont été retrouvés dans trois tombes peu profondes trouvées dans son enceinte dans la ville de Gbongan.

La découverte aurait été faite lundi, vers 17 heures, après qu’un résident de la région a signalé au poste de police de Gbongan qu’une odeur désagréable émanait de la maison du suspect. Selon le journal Metro, sur la base du rapport, une équipe du poste de police s’est rendue chez Pa Abioye et, après avoir fouillé le complexe, a découvert les tombes dans lesquelles se trouvaient les corps sans tête décomposés. Outre les têtes des corps qui manquaient, d’autres parties du corps telles que les intestins, le foie et le cœur avaient également disparu.

es informations recueillies par ce même journal révèlent que le suspect, qui prétendait être agriculteur et herboriste, travaillait à l’Ile Eesu Oke Ode de la ville tandis qu’il enterrait ses victimes dans sa maison à Idi-Ifa.

Résultat de recherche d'images pour "dead bodies 80 year man's house osun"

Lors de l’interrogatoire de ce dernier, il a avoué que l’une des victimes, un garçon de 15 ans, avait un problème psychiatrique et lui a été amené d’Abeokuta par son père pour être soigné. Il aurait révélé que le garçon est mort le 19 juin, après quoi il l’a enterré sans en informer son père. Une source fiable de la police a révélé que les parties restantes du corps décapité du garçon ressemblaient à celle d’un mannequin creux sans tête, intestins et autres parties. Les intestins auraient été retrouvés dans sa maison conservés au gin.

Résultat de recherche d'images pour "dead bodies 80 year man's house osun"

Les résidents de la région avaient déclaré à la police qu’ils avaient remarqué qu’une voiture est arrivée lundi à la maison du suspect, ce qui soulève le soupçon qu’elle pourrait appartenir à l’un des acheteurs des parties manquantes du corps.

Ce développement survient 13 jours après qu’un homme de 38 ans, Ajibade Rasheed et Isiaka Akande Olorungbebe (45 ans), ont été arrêtés par la police à Osogbo avec une tête humaine fraîche, deux mains, des intestins et d’autres parties du corps

Commentaires Facebook