A New York, Guo Wengui, le milliardaire chinois décidé à changer le régime

Politique | Publié le Mardi 12 Decembre 2017 à 08:12:01 | |
 

BUZZ ACTU  

A New York, Guo Wengui, le milliardaire chinois décidé à changer le régime

Il promet depuis son luxueux appartement de Manhattan de tout faire pour démocratiser le régime chinois: en quelques mois, le milliardaire chinois Guo Wengui est devenu l’un des plus féroces critiques de Pékin, plus que jamais décidé à en exposer les travers.

 

Après deux ans de voyages, le magnat de l’immobilier s’est installé en avril à New York, dans une suite au 18e étage d’un hôtel face à Central Park. Et attend avec optimisme, en compagnie de sa femme, le résultat d’une demande d’asile déposée en septembre.

« Je veux essayer d’arriver à un Etat de droit, d’arriver à la démocratie, à la liberté, c’est mon but ultime, un changement du régime », si possible « d’ici trois ans », a-t-il indiqué dans un entretien à l’AFP.

Tout de noir vêtu, souriant, son petit chien « Snow » dans les bras, Guo Wengui fait visiter sa magnifique terrasse, son bureau, où trône une photo de lui avec le dalaï-lama…

Ce bouddhiste de 47 ans –il y a une incertitude sur sa date de naissance, en pleine révolution culturelle– parle en anglais lorsqu’il s’agit de démocratie. Sinon, il s’exprime en chinois, via une interprète.

Rares sont les magnats chinois à choisir la dissidence. Mais Guo Wengui, dont les biens ont été saisis et deux frères emprisonnés depuis son départ de Chine à l’été 2014, affirme mûrir son projet depuis 28 ans.

Après la répression des manifestations de la place Tiananmen en 1989, « mon petit frère est mort sous mes yeux », « j’ai moi-même été détenu et menacé de mort pendant 22 mois », a-t-il raconté.

– ‘Personne ne peut m’arrêter’ –

C’est en prison qu’il a résolu de se « battre contre ce système inhumain, anti-démocratique et illégal ».

Si certains refusent à ce magnat fier de ses jets privés toute crédibilité dans ses allégations de corruption au sommet de l’Etat chinois, M. Guo dément toutes les accusations de malversations lancées contre lui en Chine, assurant que ses motivations sont pures.

« Pourquoi ferais-je cela? J’ai de l’argent, un yacht, une famille formidable, des appartements à New York, à Londres (…) Mais je suis bouddhiste et je veux être bon pour les autres, je veux changer ce régime maléfique ».

« Les hommes d’affaires chinois à succès n’ont que deux possibilités », a-t-il affirmé. « Soit ils quittent le pays, soit ils attendent d’être éliminés ».

Lui a choisi la contre-attaque. Il a ces derniers mois inondé les réseaux sociaux d’accusations à l’encontre de l’élite de la Chine populaire.

Son compte Twitter, suivi par près de 480.000 personnes, est muet depuis novembre après de multiples blocages dus, selon lui, à la tenue du Congrès du Parti communiste chinois en octobre. Il prépare désormais une nouvelle « plateforme médiatique » qui devrait, d’ici fin décembre, exposer les travers du régime communiste.

« Personne ne peut m’arrêter, j’ai beaucoup d’argent pour ça », a-t-il relevé.

Il a confié avoir discuté de ce projet avec Steve Bannon, l’ex-conseiller de Donald Trump qui a fait du site d’informations Breitbart News une référence de l' »alt-right » américaine, et qu’il dit avoir déjà rencontré « dix fois ».

Steve Bannon, convaincu que Pékin et Washington sont déjà en « guerre économique », « est un des meilleurs spécialistes de politique internationale que je connaisse, un des rares Occidentaux à comprendre vraiment l’Asie », a précisé M. Guo.

– Pas un ‘Trump chinois’ –

S’il « pense beaucoup de bien » du président américain Donald « Trump, dont il fréquente le très chic club de Mar-a-Lago, en Floride, il critique néanmoins la politique chinoise du magnat de l’immobilier installé à la Maison Blanche.

« Il est trop concentré sur ses propres avantages » et « ne se rend pas compte des avantages de son rival », a-t-il avancé.

Selon lui, les responsables chinois, qui demandent son arrestation via une notice rouge d’Interpol et ont envoyé des agents lui rendre visite à Manhattan en mai, n’ont qu’un objectif: « Me faire taire », que « j’arrête d’exposer les responsables corrompus ».

Ce qui ne l’empêche pas de trouver beaucoup de qualités « humaines » au président Xi Jinping, originaire d’une région proche de la sienne.

Il a affirmé connaître son entourage et ses « petits secrets ». Comme le « dégoût des aubergines », que le N°1 chinois fut contraint de manger en abondance pendant la révolution culturelle.

Même si le pouvoir corrompt inévitablement, a-t-il considéré, M. Xi est « une bonne personne », avec « 50% de chances » d’amener la Chine vers un système comparable à celui de Singapour, « un Etat de droit avec parti unique, bien intentionné à l’égard de l’Occident ».

En attendant, le milliardaire chinois garde le contact avec ses vieux parents à Pékin et ses propriétés à travers le monde via des dizaines de caméras qu’il surveille depuis sa tablette.

Même s’il arrivait à transformer le régime, lui qui se targue d’avoir érigé parmi « les plus beaux bâtiments » de Chine assure n’avoir aucune ambition de devenir un jour un « Trump chinois ».

« J’aime la liberté, les voyages, profiter de la vie », a-t-il confié. « Je préférerais mourir que de faire de la politique ».

Commentaires Facebook