Affaire « un député gifle une policière » : la politique s’invite dans le débat

Politique | Publié le Mercredi 31 Janvier 2018 à 14:39:43 | |
 

BUZZ ACTU  

Affaire « un député gifle une policière » : la politique s’invite dans le débat

Le député Yah Touré a passé un bref séjour derrière les barreaux pour avoir giflé une policière en charge de la régulation de la circulation routière. Le parlementaire a retrouvé la liberté suite à l’abandon des poursuites judiciaires. Mais, les acteurs politiques ont vite fait de récupérer l’affaire.  

 

 

Alors qu’il était détenu au parquet, Yah Touré a reçu la visite fort remarquée de ses pairs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Selon Adou Richard, procureur de la République, les parlementaires issus du parti d’Henri Konan Bédié s’en sont ouvertement pris à des policiers. « J’ai vu des policiers molestés au vu et au su de tous. Ils ont reçu des coups de poing. Ces faits sont très graves », a déclaré le procureur.

Face à cette situation, le Rassemblement des jeunes républicains (RJR) n’a pas tardé à faire entendre sa voix à travers un communiqué. « Le Rassemblement des jeunes républicains s’indigne par contre de la mauvaise récupération politique faite autour de cette affaire, dont la raison viendrait d’une dispute entre le député Yah Touré et une dame agent de force de sécurité. Le Rassemblement des Jeunes Républicains s’insurge contre cette récupération malicieuse et malsaine en s’attaquant au RDR et au président Alassane Ouattara », lit-on dans la note. Le RJR a également rappelé qu’il  «  est impérieux de dissocier la politique d’une affaire juridique et de laisser les procédures en la matière suivre leur cours comme ça été le cas avec les députés qui ont demandé la suspension de la procédure judiciaire contre le député incriminé ». Les jeunes républicains ont nommément accusé leurs amis du PDCI de s’en être pris «  violemment à des policiers au Palais de Justice ».

Pour sa part, le PDCI avait appelé ses militants « au clame et à la sérénité » tout en leur demandant de « demeurer mobilisés, vigilants et à l’écoute des mots d’ordre du parti ». Il est clair que le plus vieux des partis ivoiriens était déjà prêt à bander les muscles. Il ne faut pas oublier que Kouassi Valentin, président de la jeunesse, parti s’enquérir des nouvelles de Yah Touré, a lui aussi été placé en garde en vue. Tout ceci avait amené le parti septuagénaire à se réunir en urgence.

Les relations entre le PDCI et le RDR, déjà brouillées sur le sujet du parti unifié, viennent de prendre un autre coup avec l’affaire du député Yah Touré. Les deux partis estimant que l’autre en a fait une récupération politique. Une chose est sûre, on est désormais hors du champ juridique.

 

Commentaires Facebook