Affaire Samba David : L’Ong "SOS Justice" dénonce un ‘’acharnement'' judiciaire contre le président des indignés

Politique | Publié le Samedi 11 Novembre 2017 à 12:26:38 | |
 
Affaire Samba David : L’Ong

L’organisation non gouvernementale "SOS Justice" a dénoncé jeudi un "acharnement" judiciaire visant à prolonger la détention ‘’irrégulière’’ du président de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire, Samba David, incarcéré depuis plus de deux ans sans jugement. Au cours d’une conférence de presse animée conjointement avec le mouvement des Indignés, à son siège, à Cocody-Angré, l’Ong a exigé sa libération ‘’immédiate’’.

 

L’Ong "SOS Justice’’ et la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (CICI) ont invité, le jeudi 09 novembre 2017, le Parquet d’Abidjan à mettre fin à la procédure ‘’légères et sans fondement’’ engagée contre Samba David, président-fondateurs de la CICI.

Pour le président de ladite ong, Assalé Tiémoko, « ce scandale enchevêtré » dont la chambre d’accusation peine à établir les liens de causalité, depuis deux ans, avec les activités menées par Samba David « ne donne pas une bonne image » de l’appareil judiciaire ivoirien.

Pour rappel, Douyou Nicaise alias Samba David est accusé de ‘’discrédit sur une décision de justice, provocation à un affrontement non armé, complicité de destruction volontaire d’objet et trouble à l’ordre public, commis courant septembre 2015’’ par le procureur de la République, Adou Richard.

 « Arrêté le 19 septembre 2015, Samba David a été condamné (à six mois de prison), le 2 octobre de la même année (...) En février 2016, alors qu’il a fini de purger sa peine de six mois, le juge du 4ème cabinet d’instruction du tribunal d’Abidjan-Plateau, l’extrait de la Maca et lui demande de signer un document portant prolongation pour quatre mois supplémentaires, de sa détention préventive pour deux autres infractions qualifiées de « complicité de meurtre et atteinte à l’autorité de l’Etat », a martelé Assalé Tiémoko non sans faire remarquer que ce temps de prolongation a pris fin depuis mai 2016.

Pour le président de l’Ong ‘’SOS Justice’’, ces derniers chefs d’accusations que le procureur de la République lie à la provocation présumée de Samba David dans la « destitution des autorités coutumières supposés proches du régime en place », dans le village de Nouvel Ousrou en septembre 2015, localité située 20 Km à Dabou, est loin d’être fondée. D’autant plus qu’il était encore détenu à la DST. Mais mieux, selon lui, le président des Indignés n’a jamais foulé la terre de ce village. Car, à le croire, sa tournée annoncée dans plusieurs localités de Dabou pour installer sa structure, en novembre 2014, et sur laquelle se base le procureur Adou Richard, a été écourtée pour faute de moyens financiers.

C’est pourquoi, exige-t-il que justice soit faite en libérant Samba David afin de rétablir sa ‘’dignité bafoué’’.  

Commentaires Facebook