Après sa libération, l’auteur de la banderole ’’ Libérer Gbagbo ’’ donne les motivations de son geste

Politique | Publié le Mercredi 06 Decembre 2017 à 11:34:16 | |
 
Après sa libération, l’auteur de la banderole ’’ Libérer Gbagbo ’’ donne les motivations de son geste

Koffi Kouassi Richard, l’activiste pro-Gbagbo qui a demandé, lors match Côte d’Ivoire- Maroc tenu le samedi 11 novembre 2017, la libération de l’ex-président de la République, Laurent Gbagbo, détenu à la Cour pénale internationale (CPI) pour ‘’crime contre l’Humanité ’’, aurait pu choisir d’autres occasions. C’est ce qu’il a déclaré dans un entretien accordé à nos confrères de letempsinfos.

 

«J’ai choisi ce lieu en dehors de tout rendez-vous politique. Pour vous expliquer que si je le faisais au cours d’une marche ou un meeting politique, mon message n’aurait pas le même poids. Et qu’on ne dise pas que ce sont des partisans de Gbagbo qui manifestent. J’ai aussi trouvé opportun de le faire en présence de tous les sportifs et dirigeants sportifs du monde entier, pour qu’ils sachent que la cause du président Gbagbo dépasse le cadre politique et que c’est une cause nationale qui doit être sue dans tous les milieux, même du sport. C’est pourquoi, ce lieu de sport m’a paru très indiqué pour poser mon acte. » a déclaré Koffi Kouassi Richard.

Revenant sur les motivations de son geste, ce partisan de l’ancien président de la République a soutenu que : « la Côte d’Ivoire est dans une impasse. Vous savez la situation que vivent les détenus de la crise postélectorale et surtout celle que  vit le président Laurent Gbagbo à La Haye (Pays-Bas au siège de la Cour pénale internationale ; NDLR). Je suis indigné par cette situation injuste que vivent des Ivoiriens qui ont aussi dirigé ce pays. C’est pourquoi, j’ai décidé de faire passer un message à la Côte d’Ivoire, à l’Afrique et au monde entier. »

Pour cet acte qui lui a valu deux semaines de prisons ferme à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) pour ‘’Trouble à l’ordre public, Kouassi Richard dit ne le regretté nullement. Mieux, si cela était à refaire, il le réfèrerait.

Pour rappel, Koffi Kouassi Richard avait été interpellé par les forces de l’ordre, lors du match Côte d’Ivoire- Maroc comptant pour les éliminatoires de la Coupe monde 2018,  le samedi 11 novembre 2017. Ce, après avoir brandir un banderole sur laquelle était écrit : «Libérer Gbagbo »

Commentaires Facebook