Biens mal acquis/ Les biens du Qatar en France sont-ils bien acquis ?

Politique | Publié le Mardi 07 Novembre 2017 à 12:11:28 | |
 

+ de Politique

Biens mal acquis/ Les biens du Qatar en France sont-ils bien acquis ?

A l’instar de la Cour pénale internationale (CPI) réputée pour ne juger que les chefs d’Etats africains, le procès dit des biens mal acquis se présente comme une autre épée de Damoclès sur les têtes de ces dirigeants du continent noir.

Deux poids deux mesures. La série noire continue pour l’Afrique sans cesse violée par les puissances occidentales dont la France. Un viol de tout ordre. Déshonneur tant pour sa dignité que pour sa souveraineté. Ce mépris se caractérise par l’acharnement dans le procès dit des biens mal acquis. Un terme non juridique à caractère moralisateur monté de toutes pièces par ces puissances occidentales par l’entremise de leurs réseaux voilés derrière l’expression Organisations non gouvernementales. Le bon sens aurait voulu que des pays tels que le Qatar ou encore l’Arabie Saoudite soient estés en justice pour Biens mal acquis.

C’est un truisme de rappeler que le patrimoine immobilier du Qatar en France s’élève à 6 milliards d’euros. A cela s’ajoutent des parts dans l’industrie, le PSG, les chaînes de télévision…Pourtant, la France et Transparency international sont sans savoir que le Qatar est le suspect numéro 1 de financement du terrorisme. Le 5 juin 2017, le petit pays a été mis au ban diplomatique par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Egypte, le Yémen et Bahreïn pour le financement d’Al-Qaida et de l’Etat islamique.

Question : Les biens du Qatar en France sont-ils bien ou mal acquis ?

Cette question n’effleure point l’esprit des moralisateurs focalisés sur le dépouillement du continent noir. Encore au cœur du continent, les intérêts orientent le choix des cibles dans le procès des biens mal acquis. Le Gabon de Bongo et le Congo Brazzaville de Denis Sassou Nguesso sont magistralement écartés pour s’en prendre à la Guinée équatoriale, un pré carré sur lequel la métropole a moins d’intérêt que les deux pays cités plus haut. A moins que la Guinée équatoriale ne serve d’épouvantail à Sassou et Bongo pour mieux se laisser dépouiller.

Hélas cette humiliation aura encore du chemin devant elle tant que les Africains ne parleront pas d’une même voix. Tant que des chefs d’Etats africains feront campagne pour le maintien du Francs Cfa.

Commentaires Facebook