CEDEAO : les échanges commerciaux inter-Etats s’élèvent entre 15 et 20 milliards USD par an (Officiel)

Politique | Publié le Mardi 25 Avril 2017 à 21:30:33 | |
 

+ de Politique

CEDEAO : les échanges commerciaux inter-Etats s’élèvent entre 15 et 20 milliards USD par an (Officiel)

Les importations commerciales entre les pays de l’espace de la Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’élèvent entre 10 et 15 milliards de dollars US, représentant 10% des importations globales de la sous-région, a révélé, mardi, Salifou Tiemtoré, Directeur des Douanes de la Commission de la CEDEAO.

Tiemtoré co-animait un panel sur ‘’les forces motrices du commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest’’ à la faveur du Dialogue régional multi-acteurs organisé à Abidjan par le Centre africain pour le commerce, l’intégration et le développement (CACID).

‘’Les importations commerciales de la CEDEAO s’élèvent, annuellement entre 100 et 150 milliards de dollars US. Pourtant, les importations entre Etats de l’espace ne représentent qu’environ 10% soit entre 10 et 20 milliards USD par an. C’est faible’’, a déploré Salifou Tiemtoré.

Dans cette grisaille d’un espace qui compte 300 millions de consommateurs, la Côte d’Ivoire, selon le Directeur des Douanes de la Commission de la CEDEAO,  tire le wagon du ‘’commerce intra-régional avec 25% devant le Nigéria (23%) qui représente 60% de l’économie de la région’’, a-t-il ajouté.

Pour N’faly Sanoh, Directeur de la Promotion du Secteur privé de la Commission de la CEDEAO, quoique le marché de 300 millions de consommateurs existe, ‘’malheureusement, il ne se nourrit pas’’. Les Etats ont certes, selon lui, fait des efforts mais ‘’il est constant que le commerce intra-Etats est faible’’.

‘’Les Etats se sont focalisés sur les produits d’exportation. Or le secteur privé agricole et industriel mérite d’être encouragé et accompagné pour alimenter le marché régional’’, a-t-il plaidé.

Ce qui a fait dire à Ousmane Sy N’diaye, Secrétaire permanent de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS) que le marché régional est ‘’opaque’’, sans lisibilité ‘’à travers les filières’’.

‘’Les 15 pays de l’espace se sont fixés des objectifs d’autosuffisance alimentaire. Or le marché met en action l’Etat et l’entreprise’’, a souligné M. N’diaye. Et Stéphane Aka-Anghui, directeur de cabinet Adjoint du ministère de l’intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, de reconnaître que les Etats ne font toujours pas ‘’l’application stricte des décisions communautaires’’.

A l’ouverture du Dialogue, Dr Cheikh Tidiane Dieye, Directeur Exécutif du CACID, a déploré que pendant longtemps ‘’la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des politiques d’intégration et de développement en Afrique de l’Ouest ont été laissées entre les mains des pouvoirs publics et des institutions officielles nationales et régionales’’.

C’est pourquoi dans son allocution d’ouverture N’faly Sanoh a souligné la ‘’nécessité de mener une réflexion collective en vue de trouver les solutions idoines à la faiblesse du niveau des échanges commerciaux dans notre espace communautaire’’.

Les travaux du Dialogue auquel prennent part près de 100 experts en provenance des 15 pays de l’espace sous-régional s’achèvent mercredi par le lancement du Rapport régional sur ‘’l’état du commerce en Afrique de l’Ouest’’ autour du thème ‘’Marchés et sécurité alimentaire’’.

Le rapport, selon M. Dieye, vise à documenter et à analyser périodiquement l’état du commerce dans l’espace CEDEAO.

 

Commentaires Facebook