CPI : A la barre, le témoin Coulibaly Joseph affirme sa loyauté à Gbagbo

Politique | Publié le Vendredi 30 Juin 2017 à 02:13:26 | |
 
CPI : A la barre, le témoin Coulibaly Joseph affirme sa loyauté à Gbagbo

Avant d’entamer son témoignage, Coulibaly Joseph a juré de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. C’est cette ligne de conduite que semble suivre ce militaire artilleur qui dit être resté loyal à ses convictions. Il explique avoir été du camp de Gbagbo lors de la crise.

Coulibaly Joseph dit sa part de vérité au procès Gbagbo Le ballet des témoins se poursuit à la barre de la Cour pénale internationale (CPI). En effet, les dépositions sont faites au pas de course, et ce, avant la vacance judiciaire. Coulibaly Joseph se présente comme un militaire digne a donc décidé de dire « ce qu’il a vu, ce qu’il a fait et ce qu’il a vécu ». A l’éclatement de la rébellion, le témoin indique qu’il se trouvait à Bouaké. Mais plutôt que de s’allier aux rebelles, il a préféré rentrer sur Abidjan pour rejoindre le premier bataillon militaire. Ainsi qu’il le relate : « Quand la crise de 2002 a éclaté, j’ai marché pour venir à Abidjan. Je pouvais rejoindre mon village qui est à 25 kms de Katiola (centre-nord). Mais pourquoi jouer le double jeux ? Moi, je ne le fais pas. » Poursuivant, il ajoute : « Quand je suis avec quelqu’un, je suis honnête, je dis la vérité, je n’aime pas le mensonge. Je fais partie du contingent de 75 militaires qui sont allés libérer Daloa. J’y suis resté, j’ai eu une femmebété avec qui j’ai fait deux enfants. » Le témoin Coulibaly Minafé Joseph, actuellement Adjudant de Compagnie au groupement ministériel des moyens généraux au ministère de la Défense, indique n’avoir participé à aucun acte de sabotage des véhicules militaires des forces pro-Gbagbo auquel se livraient d’autres éléments qui ont finalement rejoint le camp Ouattara au Golf Hôtel. Il indique par ailleurs avoir jeté une clé de tir d’une orgue de Staline (arme lourde) pour éviter qu’elle soit utilisée par les forces rebelles d’alors. A la fin de sa déposition, le témoin a même émis le voeux que « le président Gbagbo soit libéré ». Car, « cela permettrait aux Ivoiriens de se retrouver dans la paix ». Mieux, il a demandé à saluer l’ex-président Laurent Gbagbo avant de prendre congé de la cour. Notons que le procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé se poursuit à La Haye avec le passage, pour l’instant, des témoins de l’accusation. Les témoins de la défense suivront après.

Source: afrique-sur7.fr

Commentaires Facebook