Danièle Obono: La député qui veut "Niquer" la France

Politique | Publié le Vendredi 23 Juin 2017 à 11:02:10 | |
 
Danièle Obono: La député qui veut

Oratrice nationale du parti de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise (LFI), Danielle Obono a été élue députée de la 17e circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017. La franco-gabonaise avec un franc-parler, comme son mentor Mélenchon d’ailleurs, nouvellement élue au Palais Bourbon, a depuis hier mercredi, soulevé la polémique sur ses positions jugées « absurdes » vis-à-vis du pays qu’elle représente, du moins côté politique.

Née d’un père politicien, Martin Edzodzomo Ella (homme politique gabonais), la jeune femme de 36 ans fait partie d’un groupe de 9 députés issus du continent africain, et parmi les plus de 400 « novices » qui ont fait leur entrée au Palais Bourbon.

Invitée sur RMC, hier, la députée de La France Insoumise (LFI) de Paris, droite dans ses bottes, explique et assume son soutien exprimé au groupe de rap ZEP (Zone d’Expression Populaire) en 2012, au nom de la liberté d’expression, droit fondamental de l’homme, précise-t-elle. En effet, au moment des faits en décembre 2012, plusieurs personnalités avaient pris fait et cause pour un chanteur membre du groupe ZEP : Eva Joly ou encore Olivier Besancenot entre autres. De son nom de scène Saïdou, l’artiste avait été mis en examen en octobre de la même année accusé « d’injure publique » et « de provocation à la haine et à la violence », suite à une plainte déposée par l’AGRIF (Alliance Générale Contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne), association classée à l’extrême droite. En cause, une chanson intitulée « Nique la France ». Signataire elle aussi de cette pétition, la nouvelle députée (LFI) Danielle Obono, invitée des Grandes Gueules (de RMC, ndlr) a assumé, « encore », cette prise de position, ce qui n’a pas manqué de susciter l’indignation chez certains au sein de la classe politique, et donner l’occasion à ses détracteurs de soulever la polémique. Pour la députée, il ne s’agit pas d’une insulte mais tout simplement « du titre d’une chanson », avant de poursuivre qu’il s’agissait pour elle de « défendre la liberté d’expression de cet artiste, parce que ça fait partie des libertés fondamentales ».Elle entend poursuivre ce combat en étant députée à l’Assemblée, c’esst-à-dire « défendre les libertés fondamentales importantes ».

Et lorsqu’on lui demande de dire « Vive la France ! » à l’occasion de son entrée au Palais Bourbon, elle s’interroge : « Pourquoi ‘’Vive la France’’ ? Oui je peux dire vive la France, mais pourquoi ? Pour le 14 juillet ? », a-t-elle lancé. Avant de rétorquer aux journalistes qui ne la trouvent pas convaincante dans cet exercice : « Je ne sais pas, vous voulez que je me mette au garde à vous et que je chante la Marseillaise ? »

Un échange qui n’a pas manqué de susciter les réactions au sein de la classe politique. « Hallucinant ! La députée de la France Insoumise défend ceux qui chantent « nique la France », mais hésite à dire ‘’Vive la France’’ », peut-on lire sur Twitter via le compte du député LR sortant Thierry Mariani. Quand le FN s’est fendu, lui, d’un communiqué par la voix de David Rachline : « Madame Obono veut pouvoir « niquer la France » tranquillement ? Alors qu’elle quitte les dorures de la République et renonce à tous les avantages liés ». Côté journalistes, c’est le spécialiste de la politique sur France Info, JM Apathie qui y va lui aussi de son petit commentaire, non moins percutant : « Entendre ‘’Nique la France’’ la gêne moins que dire ‘’Vive la France’’. Elle est pas mal l’Insoumise. », peut-on lire sur son compte Twitter.

Au pays des Droits de l’homme et de la « Liberté d’expression », le débat sur le prétendu manque de ferveur patriotique de la nouvelle députée LFI semble être un faux débat, et la principale concernée l’a bien rappelé : «On fait encore partie d’un pays où les gens peuvent s’exprimer. » en soulignant que, concernant l’affaire « Nique la France » : « Ils n’appellent pas à tuer je ne sais pas qui. Ça peut ne pas vous plaire mais ils ont le droit de le dire ».
On verra bien comment l’affaire évoluera, notamment au sein du Palais Bourbon où les débats risquent d’être très houleux.



Negronews.fr

Commentaires Facebook