Des manifestations prévues contre le Sommet UA-UE d'Abidjan ?

Politique | Publié le Vendredi 24 Novembre 2017 à 11:36:07 | |
 
Des manifestations prévues contre le Sommet UA-UE d'Abidjan ?

Alors que l'organisation du sommet Union européenne/Afrique, censé se tenir en Côte d'Ivoire les 29 et 30 novembre, bat son plein, de farouches défenseurs de la cause des noirs, dont Claudy Siar et Kémi Séba, y sont annoncés.

 

Abidjan sera la capitale du monde en cette fin du mois de novembre. Et pour cause, le 5e Sommet Union africaine et Union européenne (Sommet UA-UE) y sera organisée. À cette cérémonie haute en couleur, plus de 5.000 participants dont 83 Chefs d’État et de gouvernement représentant 55 pays d’Afrique et 28 d’Europe y sont attendus. C'est également l'occasion que choisie des altermondialistes pour faire entendre leur cause auprès de tous ces dirigeants africains et européens.
L'animateur radio Claudy Siar et l'activiste Kémy Séba ont également décidé de faire le déplacement d'Abidjan. Notons qu'après la récente diffusion par la chaine CNN de la vente d'esclaves noirs en Libye, le concepteur de "La génération consciente" s'est violemment insurgé contre le mutisme des leaders africains face au drame que subissent à répétition les migrants noirs africains. Sa venue sur les bords de la lagune Ébrié s'inscrit dans la droite ligne de sa lutte pour la dignité de l'homme noir dont il ne cesse de vanter les mérites dans chacune de ses actions.

Quant à Kémi Séba, il se veut le porte-voix d’une nouvelle révolution africaine en ce début du 21e siècle. Stellio Gilles Robert Capo Chichi (son nom à l'état civil) avait brulé un billet de 5000 francs CFA, en août dernier, pour montrer sa répugnance contre cette « monnaie coloniale ». À Abidjan, le fondateur de l'ONG Urgences panafricanistes entend mobiliser la jeunesse africaine de Côte d'Ivoire pour crier leur indignation face aux dirigeants qui seront au sommet d'Abidjan. 

D'autres organisations ivoiriennes, dont le COJEP de Charles Blé Goudé (incarcéré à la CPI) et l'UNG de Stéphane Kipré (gendre de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo) y sont également annoncés.


L'autre question qui pourrait faire l'objet de réflexion, c'est la participation à ce sommet de la République arabe saharaouie démocratique (Rasd), pourtant membre de l'Union africaine. Selon Radio France internationale (Rfi), la Rasd s'est plainte de n'avoir pas été invitée à ce sommet. Elle est soutenue par des pays comme l'Algérie et l'Afrique du Sud, qui menacent de boycotter, eux aussi, ce sommet si leur « protégé » est exclu. Ces pays veulent demander la délocalisation du sommet à Addis-Abeba. La Côte d'Ivoire estime, quant à elle, être libre d'inviter qui elle veut, selon Rfi

Commentaires Facebook