Election présidentielle perturbée au Kenya

Politique | Publié le Jeudi 26 Octobre 2017 à 12:21:11 | |
 
Election présidentielle perturbée au Kenya

Au Kenya, cette journée de scrutin présidentiel «bis» s'est ouverte dans un climat tendu avec des échaufourées dans des quartiers favorables à l'opposition. Une personne a été tuée à Kisumu dans l'ouest du pays selon des sources policières et hospitalières. Le pays est divisé avec d'un côté les partisans du chef de l’Etat sortant Uhuru Kenyatta, qui a remporté l’élection, de l’autre l’opposition menée par Raila Odinga qui a choisi de se retirer de la course et a appelé au boycott.

 

L’appel de l’opposition a été au moins en partie suivi et a donné lieu à quelques débordements principalement dans les deux plus grands bidonvilles de Nairobi connus pour être des bastions de Raila Odinga.

Ainsi à Kibera, une partie des bureaux n’a toujours pas ouvert. Très tôt ce jeudi matin, des manifestants ont installé des barricades et un jeu du chat et de la souris a débuté avec les forces de sécurité, les agents, en tirant du gaz lacrymogène ou avec des canons à eau. En face, les protestataires les harcelant à coups de pierre, brûlant des pneus, des branches… Cette scène de violence continue depuis des heures.

Les responsables électoraux et le matériel sont arrivés avec beaucoup de retard sous forte escorte. Plusieurs bureaux ont été rassemblés en un seul lieu sans succès. Les partisans de Raila Odinga semblent vouloir poursuivre pour qu’il n’y ait aucun vote dans une partie de Kibera.

Violence également à Mathare, au bureau Mathare 4, où en août il y a eu de violents affrontements. Ce matin un homme a par exemple été agressé parce qu’il voulait voter. Juste après, des forces de sécurité sont arrivées pour escorter les agents de la commission électorale et le matériel. Ils ont appelé un taxi pour emmener l’homme blessé. Un membre de l’IEBC a dit craindre une attaque du site. Lui-même s’est présenté comme un opposant, mais il a choisi de venir travailler parce qu’il avait besoin d’argent.

Participation moindre qu'à la présidentielle d'août

 

La participation est globalement inférieure et pour plusieurs raisons. Probablement l’appel au boycott de l’opposition, bien sûr, mais aussi la fatigue des Kenyans qui voient cette séquence électorale s’éterniser. Et puis peut-être le manque d’intérêt depuis que Raila Odinga s’est retiré de la course.

Dans beaucoup de quartiers les files d’attente du mois d’août ont complètement disparu. A Kilimani un électeur a dit qu’il avait pu voter en 5 minutes seulement et qu’il voulait exercer son droit, qu’il était temps de passer à autre chose, car l’économie était ralentie à cause des tensions électorales.

Réquisitions pour assurer la bonne marche des bureaux

Le fonctionnement de certains bureaux a ainsi été impactés, puisque des agents électoraux et des observateurs des partis politiques ne sont parfois pas venus. Dans ce cas-là les représentants de la Commission électorale ont été obligés de réquisitionner des citoyens pour faire le travail, c’est autorisé par la loi. Ces votants espèrent en tout cas que l’élection ne sera pas annulée une seconde fois.

Plus tôt dans la journée le président sortant Kenyatta, lui, a déclaré que ceux qui boycottaient avaient le droit, mais qu’ils ne pouvaient pas empêcher les autres de voter. « Le Kenya prouve qu’il est une démocratie en train de devenir mature. Il a prouvé qu’il pouvait organiser une présidentielle, une annulation, l’accepter, donner aux gens la possibilité de retourner aux urnes, et décider une fois de plus qui ils veulent comme leader. Nos institutions sont plus mûres, et je crois que c’est ce chemin que tous les pays africains devraient rechercher ».

... C’est la responsabilité du président élu d’agir contre les divisions du pays, de le soigner et de l’unifier. Si les Kenyans m’élisent, ce sera ma responsabilité et je l’assumerai.
Le président Kenyatta a lancé un message d'apaisement de son fief de Gatundu, au nord de Nairobi, où il est allé voter.

Le chef de l’Etat a reconnu des actions violentes, des perturbations dans certaines régions. Mais pour lui, 90 % du pays est calme et pacifique.

 

                                                                  Rfi

 

Commentaires Facebook