Emprisonnement du maire de Dakar : ses partisans organisent la riposte

Politique | Publié le Mercredi 08 Mars 2017 à 21:20:49 | |
 

BUZZ ACTU  

Emprisonnement du maire de Dakar : ses partisans organisent la riposte

Les réactions des partisans du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, écroué mardi soir pour notamment détournement de 1,8 milliard de FCFA, se multiplient, à l’image de la sortie de son conseiller spécial, Moussa Taye, qui crie au ‘’complot’’ et promet de poursuivre la lutte à travers la reprise des tournées nationales menées par l’édile dans le cadre de sa candidature aux législatives du 2 juillet.

‘’Quels que soient les obstacles, nous aurons notre liste avec ou sans Khalifa et dés demain nous allons continuer les tournées’’, a affirmé face à la presse M. Taye, peu après que le Doyen des juges, Samba Sall, a envoyé en prison le maire de Dakar et six de ses proches collaborateurs.

‘’Le combat continue. Chaque question politique a sa réponse politique’’, a-t-il ajouté avant de se dire non surpris par la décision judiciaire appliquée au maire après sept heures d’audition, au motif qu’on a affaire à ‘’un dossier éminemment politique’’.

Se faisant plus précis, maître Ciré Clédor Ly, un des membres du Collectif des avocats de Khalifa Sall, a estimé qu’on cherche à empêcher son client de ‘’briguer le suffrage des Sénégalais’’. ‘’Il fallait coûte que coûte, a-t-il souligné, arrêter ses ambitions ou le mettre dans une situation où il ne pourra pas atteindre son objectif’’.

Bien que responsable au sein du Parti socialiste, formation politique  appartenant à la majorité présidentielle, Khalifa Ababacar Sall, a exigé que le PS dont il a toujours été membre participe aux élections sous sa propre bannière. Désavoué par la direction du PS, il a malgré tout présenté aux dernières élections législatives une liste indépendante qui a gagné la mairie de Dakar devant l’ex-Premier ministre, Aminata Touré.         

 C’est en voulant remettre ça aux législatives de juillet prochain que Khalifa Sall qui ne fait pas mystère de son ambition de se présenter à la présidentielle de 2019 a été rattrapé par la gestion de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.

Après le rapport de l’inspection générale d’Etat, suivi d’auditions à la Division des investigations criminelles, il a été entendu, mardi soir par le Doyen des juges, puis écroué à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss sous les accusations de détournements de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics, blanchissement de capitaux et association de malfaiteurs.  

Maire de Dakar depuis 2009, Khalifa Ababacar Sall est également président des Cités et Gouvernements et locaux unis (CGLU).  

 

Commentaires Facebook