Etats-Unis: les tweets insultants de Donald Trump secouent le pays

Politique | Publié le Vendredi 30 Juin 2017 à 00:27:50 | |
 
Etats-Unis: les tweets insultants de Donald Trump secouent le pays

Scandale à Washington, Donald Trump s’est déchaîné jeudi sur Twitter, contre un couple de présentateurs de télévision. Réagissant à chaud aux critiques des journalistes de l’émission « Morning Joe » Mika Brzezinski et Joe Scarborough, le président des Etats-Unis les a insultés, provoquant une vague de réactions sur les réseaux sociaux, dans les médias, et au congrès par des membres de son camp.

Donald Trump va rencontrer Vladimir Poutine en marge du G20, la Corée du Nord est une menace imminente, la loi sur la santé est toujours en panne au Congrès, mais aux Etats-Unis, on commente à n’en plus finir les derniers tweets insultants du président.

Les élus, comme la républicaine Lynn Jenkins, estiment que le comportement du chef de l’Etat est « inacceptable ». « Nous travaillons sur de nombreux dossiers ici au Congrès : la santé, la réforme fiscale, la croissance. Et nous apprécierions si le président pouvait se concentrer, avec nous, pour travailler afin d’améliorer la vie des Américains », lâche Jenkins.

Une manœuvre de diversion ?

Les condamnations sont unanimes, jusque dans le camp du président, la porte-parole de la Maison Blanche était très irritée jeudi, assaillie de questions sur ces tweets de Donald Trump. Sarah Huckabee Sanders a eu la difficile tâche d’expliquer ce qui s’est passé. « Le président a été clair : quand il est attaqué, il rend les coups. Les Américains ont élu un homme dur, intelligent, combatif, c’est Donald Trump. Il répond au feu par le feu », justifie la porte-parole de la Maison

Difficile de ne pas prendre au sérieux les tweets du président, alors que la conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway a expliqué que c’était désormais la voie de communication présidentielle. La presse américaine est persuadée que ces messages sont une manœuvre de diversion, alors que l’agenda législatif de la Maison Blanche n’avance pas aussi vite que le souhaite Donald Trump.

Commentaires Facebook