FPI/ Marche de la colère : Le concert d’Affi prévu le 17 juin

Politique | Publié le Jeudi 08 Juin 2017 à 09:45:10 | |
 

BUZZ ACTU  

FPI/ Marche de la colère :  Le concert d’Affi prévu le 17 juin

La marche dite de la colère annoncée par Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI) se tiendra samedi 17 juin prochain pourvu que les marcheurs en colère ne décolèrent pas jusqu’au JJ.

Ce serait un truisme d’affirmer que la Côte d’Ivoire va mal. C’est une certitude certaine. Paupérisation croissante des populations en raison de la hausse vertigineuse des prix des denrées de premières nécessités, des loyers, des factures d’électricité, recul des libertés publiques à travers l’interpellation de journalistes, emprisonnement de leaders politiques, détention abusive de milliers d’opposants politiques par une justice aux ordres, mutineries intempestives portant atteinte à l’autorité de l’Etat etc. Le tableau de la gestion du pouvoir d’Etat par le régime Ouattara est loin d’être reluisant. C’est un secret pour personne.

Seulement il se pose la question de la légitimité de Pascal Affi N’guessan pour incarner cette détresse du peuple ivoirien. Car aux yeux de nombre d’Ivoiriens, le président contesté du FPI n’est rien d’autre qu’un faquin qui a voulu tourné la page Gbagbo en trempant sa barbichette dans la soupe du régime Ouattara. Ainsi, il est vomi et ses précédents appels à la mobilisation ont accouché d’une souris.

Marche de protestation ou concert ?

Le faisceau de critiques a tout son sens à en juger par la programmation d’une marche de protestation dite marche de la colère un mois après son annonce par conférence de presse. L’ex-Premier ministre sous Gbagbo, conscient de son impopularité souhaite-t-il se donner du temps pour rameuter ses troupes ou faire monter les enchères ? Il n’empêche que cette opération de communication s’éloigne du domaine politique pour rejoindre l’évènementiel à l’image d’un concert de musique. Tout porte à croire que la situation dépeinte par Affi N’guessan n’est pas une urgence. Il n’a pas jugé utile de battre le fer lorsqu’il était chaud. Le feu du mécontentement des Ivoiriens attisé par les mutineries intempestives du mois de mai 2017 n’a point été récupéré comme cela se fait en politique. Pourvu que le Lion du Moronou rallume sa flamme et la maintienne jusqu’au samedi 17 juin prochain.

 

 

Commentaires Facebook