Ghana-Maroc : une visite royale pour sceller le rapprochement

Politique | Publié le Jeudi 16 Fevrier 2017 à 22:20:02 | |
 

BUZZ ACTU  

Ghana-Maroc : une visite royale pour sceller le rapprochement

La visite que vient d'entamer ce jeudi le Roi Mohammed VI au Ghana traduit parfaitement l'engagement du Maroc d’élargir le cercle de coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne en donnant un sens concret au partenariat Sud-Sud.

Ce déplacement royal, qui intervient juste après le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA), s’inscrit dans le cadre de la politique du Royaume basée sur la coopération avec les pays africains et le renforcement des liens fraternels unissant le Souverain marocain et les dirigeants de ces pays amis à travers l’échange de visites et la concertation mutuelle.

Il constitue une preuve tangible de la volonté commune du Maroc et des pays africains en général pour le renforcement de leur coopération fructueuse au niveau politique mais aussi dans les domaines vitaux de l’économie tels que l’agriculture, la finance, les infrastructures, ou encore les services.

Cette visite porte déjà en elle les prémisses d’un avenir prometteur, en ce sens qu’elle augure d’une nouvelle ère dans les relations de coopération entre le Maroc et ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Elle permettra ainsi de renforcer la coopération que le Royaume veut stratégique, approfondie et exemplaire, mais sera aussi l’occasion de diversifier les partenariats, de consolider le positionnement du Maroc sur l’échiquier régional et international, et surtout de créer un modèle de coopération Sud-Sud efficace, solidaire et multidimensionnel, fondé sur un partenariat gagnant-gagnant.

Au volet économique, Rabat et Accra enregistrent un volume d’échanges qui ne reflète par potentiel offert par les deux pays. Toutefois, les relatons économiques bilatérales ont affiché depuis 2010 un bond remarquable à la faveur des investissements marocains effectués dans différents domaines au Ghana.

De 2006 à 2010, les échanges commerciaux entre le Maroc et le Ghana ont connu une progression annuelle moyenne de 33%. Ils se sont élevés à 76 millions de dollars en 2010, dont 70 millions de dollars d’exportations marocaines.

Ce niveau des échanges peut s’inscrire dans une logique de croissance exponentielle, eu égard aux énormes potentiels dont regorgent les économies des deux pays.


Parmi les secteurs-phares de ces investissements, il y a lieu de citer le domaine bancaire, avec l’acquisition par un Groupe marocain de la Bank Of Africa (BOA), qui est une très importante banque disposant d’une vingtaine de filiales au Ghana.

De même, le secteur de la construction et de la production du ciment est marqué par l’implantation par un groupe marocain d’une importante cimenterie qui assure, avec une production de 1 million de tonne, entre 20 et 30 PC des besoins du Ghana en ciment.

Le secteur de l’énergie est également au cœur des investissements du Maroc au Ghana avec la réalisation par un groupe marocain d’une importante centrale thermique qui assure aujourd’hui près de 20 PC de la consommation d’une ville.

Ces investissements sont appelés à se développer davantage si l’on considère l’intérêt porté désormais par les hommes d’affaire marocains à ce pays au fort potentiel de développement.

Considéré comme la deuxième puissance économique, après le Nigéria, au niveau de l’Afrique de l’Ouest, le Ghana, qui compte plus de 26 millions d’habitants, figure parmi les trois premiers partenaires commerciaux du Maroc au sein de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Les opérateurs économiques, aussi bien publics que privés, des deux pays sont conscients de ce potentiel et semblent bien déterminés à impulser leur partenariat, en vue de hisser plus haut le niveau des échanges bilatéraux.

Cette prise de conscience a été nettement relevée lors d’un Forum qui a réuni, récemment à Accra, les opérateurs économiques marocains avec leurs homologues ghanéens autour d’un ordre du jour axé sur la promotion des investissements et le renforcement du partenariat bilatéral.

Par ailleurs, et dans le cadre de la relance de la coopération Rabat-Accra, les autorités ghanéennes ont fait part, à différentes occasions, de leur souhait de bénéficier de l’assistance du Maroc et de son expertise dans plusieurs domaines, notamment les télécommunications, le transport aérien, la formation professionnelle en matière touristique, ainsi que dans les secteurs de la construction, des textiles et de la pêche.

Commentaires Facebook