Journée de vote au Liberia: les enjeux de l'élection présidentielle

Politique | Publié le Mardi 26 Decembre 2017 à 08:21:15 | |
 

BUZZ ACTU  

Journée de vote au Liberia: les enjeux de l'élection présidentielle

Au lendemain de festivités de Noël plus sobres que d'habitude, les Libériens votent ce mardi 26 décembre pour élire leur nouveau président. Les électeurs se rendent aux urnes avec sept semaines de retard sur le calendrier initial pour déterminer qui, de la légende du football George Weah ou du vice-président Joseph Boakai, succèdera à Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d'Etat en Afrique.  

Après des semaines d'imbroglio juridique, né de la contestation des résultats du premier tour du 10 octobre, les urnes vont enfin désigner le successeur d'Ellen Johnson Sirleaf, seule femme à avoir été élue chef d'Etat en Afrique.

 

Les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h TU aux quelque 2,1 millions d'électeurs de ce petit pays anglophone. Les premiers résultats sont attendus quelques jours plus tard.

 

George Weah, star du PSG et du Milan AC dans les années 1990, part favori après être arrivé en tête au premier tour dans 11 provinces sur 15. Il bénéficie du ralliement du sénateur et ancien chef de milice Prince Johnson (8,2%) et du parti de Charles Brumskine.

 

« La victoire est mienne », a répondu dimanche 24 décembre Joseph Boakai, 73 ans, bien qu'il n'ait réuni qu'une centaine de militants à son quartier général dimanche soir. « Nous prions pour qu'ils fassent que cette élection soit libre, juste et crédible », a ajouté le vice-président sortant, très critique ces dernières semaines envers la Commission électorale nationale.

La corruption au coeur de la campagne

 

La campagne du second tour au Liberia a été tellement dominée par la personnalité et le style des deux candidats, le sénateur Weah et le vice-président Boakai, qu’on en viendrait à oublier les enjeux, pourtant majeurs. A commencer par la lutte contre la corruption.

 

A Monrovia, le mot corruption est sur toutes les lèvres. George Weah évoque souvent le sujet. Mais il est avare de détails lorsqu’il s’agit d’expliquer comment il ferait pour assainir la situation.

 

La Cour des comptes libérienne a pourtant souvent sonné l’alarme, notamment au sujet de la disparition de fonds publics qui devaient être consacrés aux victimes de l’épidémie d’Ebola, il y a deux ans. La présidente Ellen Johnson Sirleaf a rejeté les accusations du gendarme antifraude, affirmant qu’il avait fallu, vu l’urgence de la situation, contourner la procédure.

 

Le vice-président Boakai promet, s’il est élu, de s’en tenir a la lettre de la loi. Il assure, entre autres, qu’il n’interviendra pas dans le fonctionnement des institutions.

 

En matière d’économie, le candidat du parti au pouvoir a été plus précis que le candidat de l’opposition. Le vice-président s’est engagé à créer 50 000 emplois, dans l’industrie du meuble notamment. Reste a savoir si les électeurs voteront ce mardi pour un homme ou pour son programme.

Commentaires Facebook