Kenya : Raila Odinga annonce l’annulation des manifestations prévues cette semaine

Politique | Publié le Mercredi 18 Octobre 2017 à 09:47:28 | |
 
Kenya : Raila Odinga annonce l’annulation des manifestations prévues cette semaine

L’opposition kényane a annoncé mardi la suspension des manifestations prévues aujourd’hui dans le pays, afin d’honorer la mémoire des personnes tuées par balles ces derniers jours.

« En l’honneur des victimes innocentes de l’État, nos manifestations vont être suspendues, a déclaré dans un communiqué le leader de l’opposition Raila Odinga. Ce vendredi, nous allons honorer la mémoire des victimes de ce combat pour la justice électorale. » Ces trois dernières semaines ont été rythmées par les manifestations de l’opposition. Dans leur viseur : la Commission électorale (IEBC), jugée incapable d’organiser une élection crédible le 26 octobre.

Afin de disperser la foule, les policiers ont parfois fait usage de tirs à balle réelle, tuant ainsi un étudiant de 18 ans lundi à Kisumi (dans l’ouest du pays), selon plusieurs témoins. Un drame qui s’ajoute à la mort vendredi de deux manifestants tués selon des témoins par des balles de la police à Bondo, ville d’origine de Raila Odinga.

« S’occuper des partisans brutalisés »

Des manifestations quotidiennes étaient prévues à partir de lundi. Mais l’opposition les avait initialement suspendues pour la seule journée de mardi afin de « s’occuper de ses partisans qui ont été brutalisés et blessés (par la police) et des familles qui ont perdu des êtres chers  ».

La Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta à l’élection présidentielle du 8 août, face à Raila Odinga, pour des irrégularités dans la transmission des résultats, et accablé l’IEBC pour sa gestion du scrutin.

Raila Odinga a annoncé qu’il ne prendrait pas part à la présidentielle du 26 octobre. Il estime que son retrait devrait entraîner l’annulation du scrutin et l’organisation d’un tout nouveau processus électoral. Une solution aussitôt rejetée par Uhuru Kenyatta.

Commentaires Facebook