L'ancien chancelier allemand, Helmut Kohl, est mort

Politique | Publié le Vendredi 16 Juin 2017 à 16:55:30 | |
 

+ de Politique

L'ancien chancelier allemand, Helmut Kohl, est mort

L'ancien chef du gouvernement allemand, Helmut Kohl est mort, ce vendredi à l'âge de 87 ans.

L'ancien chancelier, Helmut Kohl, est mort, ce vendredi à son domicile, selon le Bild. Malade et affaibli depuis plusieurs années, il s'est éteint à l'âge de 87 ans. Chef du gouvernement pendant seize ans (1982-1998), Helmut Kohl a façonné la réunification allemande. Il a été l'un des artisans majeurs de l’Union économique et monétaire. 

Helmut Kohl est né le 3 avril 1930 à Ludwigshafen en Allemagne. Après des études en histoire, en droit et en sciences politiques et sociales, il occupe un poste de conseiller dans l’industrie chimique avant d’entrer en politique.

"Le manteau de l'Histoire"

D'abord député du Conseil municipal de Ludwigshafen entre 1960 et 1966, il devient ministre en 1969. Peu après, en 1973, il reprend la présidence de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et arrive au pouvoir en 1982. A quatre reprises, il sera réélu.

Objet de railleries pour son côté rustique et provincial, personne n'aurait parié que ce fils de fonctionnaire puisse un jour marquer à ce point l'histoire européenne. Mais le 9 novembre 1989, le mur de Berlin s'effondre et le chancelier conservateur, alors contesté dans son propre parti (CDU), endosse, pour reprendre ses propres termes, "le manteau de l'Histoire".

Très vite, il va proposer un plan en dix points pour la réunification allemande. Dans ses mémoires, il écrira s'être forgé sa conviction lorsque dans les rues d'Allemagne de l'Est le slogan des protestataires "Nous sommes le peuple" s'est mué en "Nous sommes un peuple".  

Un des fondateurs de l'euro

Mais, passée l'euphorie, Helmut Kohl doit faire face au défi d'intégrer une ex-RDA à l'économie ruinée. La facture de la réunification prend des proportions énormes. 100 milliards d'euros au total, selon une étude de l'université libre de Berlin de 2009.

Cet européen convaincu est aussi l'architecte d'une nouvelle Europe. Avec le président français français d'alors, François Mitterrand et le président de la Commission européenne, Jacques Delors, il aboutit, en 1986, à la signature de l’Acte unique. Puis au traité de Maastricht en 1992.

L’Union économique et monétaire est né. Helmut Kohl aura été un des pères fondateurs de l'euro. Celui qui a réussi à imposer aux Allemands une nouvelle monnaie, à la place du mark. 

Main dans la main avec Mitterrand

Lui qui considère l'amitié franco-allemande comme la clé de voûte de l’intégration communautaire, s'illustrera main dans la main avec François Mitterrand, en 1984 à Verdun, devant le monument aux morts, pour symboliser cette union qui lie les deux pays, autrefois ennemis. 

Soixante-dix ans après le déclenchement de la Première guerre mondiale, cette poignée de main devient le symbole de cette nouvelle Europe pacifiée. 

Aux yeux des Allemands, il restera l'homme qui a renforcé la relation avec la France et a réunifié son pays. Pourtant, en 1998, Helmut Kohl perd les élections législatives. Il est remplacé par le social-démocrate Gerhard Schröder.

Son bilan apparaît alors comme mitigé. L’Allemagne compte quatre millions de chômeurs. À l’Est, la contestation gronde. Plus de 17 % de la population y est à la recherche d’un emploi et le niveau de vie y reste inférieur à celui des régions de l’Ouest.

La fin de sa carrière a aussi été ternie par le scandale des caisses noires de son parti. Il finira par reconnaîtra avoir recueilli pour la CDU des dons occultes. Angela Merkel, qui avait appris la politique dans son ombre, profita de l'épisode pour l'évincer.

"L'un des plus grands leaders de l'Europe d'après-guerre"

Depuis l'annonce de sa disparition, les hommages des hommes politiques affluent. L'ancien président américain, George H.W. Bush a salué "l'un des plus grands leaders de l'Europe d'après-guerre". "Helmut était un roc, à la fois stable et fort", continue le 41e président des Etats-Unis dans un communiqué. 

Jean-Claude Junker, le président de la Commission européenne tient à rappeler que Helmut Kohl était "l'essence même de l'Europe". "La mort d'Helmut me peine profondément. Mon mentor, mon ami, l'essence même de l'Europe. Il va grandement, grandement nous manquer", Jacques Delors, président de la Commission de 1985 à 1995, a aussi rendu hommage à un "citoyen de l'Europe".

 "Tous les Européens doivent s'incliner devant l'homme Helmut Kohl et son action qui a inspiré et mis en oeuvre l'unification de l'Allemagne, en dépit des obstacles de toutes natures (...) À l'échelle de la construction européenne, il a contribué aux avancées des années 1980 à 2000. Ayant eu la chance de travailler avec lui, je mesure l'immensité de la tâche accomplie", a déclaré Jacques Delors

"Helmut Kohl était la personnification d'une Allemagne unie dans une Europe unie", a fait écho le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, sur Twitter.

"Un très grand Européen"

En France, l'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a tenu à saluer un "grand européen". Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a fait part de son "immense respect" pour le chancelier. "Nous perdons un très grand Européen", a pour sa part tweeté le président, Emmanuel Macron. 

 

Source: bfmtv.com

Commentaires Facebook