Mali : les ex-rebelles de la CMA rejoignent la Conférence d’entente nationale

Politique | Publié le Mardi 28 Mars 2017 à 12:44:28 | |
 

+ de Politique

Mali : les ex-rebelles de la CMA rejoignent la Conférence d’entente nationale

Les ex-rebelles de la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad), qui ont boycotté la première journée de la Conférence d’entente nationale, lundi, ont mis fin à leur boycott pour rejoindre les travaux ce mardi matin, a constaté APA sur place.

Dans la salle du Palais de la culture Amadou Hampaté Ba, on pouvait voir les leaders de la CMA parmi les autres participants. Les représentants de l’ex-rébellion ont en effet occupé leur siège,  revenant ainsi sur leur décision de boycotter la rencontre.

Les ex-rebelles de la CMA ont justifié leur revirement par le fait que leurs « préoccupations ont été prises en compte. »

Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA,  affirme que son regroupement a décidé de participer aux travaux « suite aux discussions sous l’égide du haut représentant du président de la république pour la mise en œuvre de l’accord, de l’équipe de médiation, pourparlers qui ont abouti à la prise en charge de ses préoccupations majeures. »

La CMA aurait obtenu que la conférence ne se limite pas à la période initialement annoncée, c’est-à-dire du 27 mars au 2 avril. Il a été ainsi décidé que d’autres cadres de dialogue prendront  le relai de la Conférence d’entente nationale après le 2 avril pour aboutir plus tard à une charte pour la paix.

La Conférence d’entente nationale, disposition de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali signé en 2015 entre les groupes armés du Nord et le gouvernement, s’est ouverte ce lundi en l’absence de la CMA et de l’opposition, faisant dire à de nombreux observateurs que la rencontre ‘’perdrait ainsi de sa valeur.’’

Le retour de la CMA est assez significatif. Mais il faut attendre la suite et la fin des travaux pour se faire une idée de ce que vaudra réellement la conférence d’entente nationale, vue qu’elle a été dépouillée d’un de ses objectifs majeurs à savoir l’élaboration d’une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, estime-t-on à Bamako.

Les commissions Paix, Unité et Réconciliation nationale, les trois que compte la conférence, sont dirigées respectivement par les ex-rebelles de la CMA, les représentants des groupes armés loyalistes appelés Plateforme, et la dernière par les représentants du gouvernement.

Ces trois entités sont les signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Commentaires Facebook