N’Ndjamena lance un mandat d’arrêt international contre des Philippins pour tentative d’escroquerie contre l’Etat tchadien

Politique | Publié le Dimanche 25 Juin 2017 à 12:38:19 | |
 

+ de Politique

N’Ndjamena lance un mandat d’arrêt international contre des Philippins pour tentative d’escroquerie contre l’Etat tchadien

Le Tchad a lancé un mandat d’arrêt international contre des Philippins pour ‘’tentative d’escroquerie en bande organisée contre l’Etat tchadien’’, a annoncé le ministre tchadien de la justice et Garde des Sceaux, professeur Ahmat Mahamat Hassane, lors d’un point de presse tenu samedi à Ndjamena.

Le ministre tchadien de la justice cite  Angel Ferdinand Marcos comme le cerveau de la machination avec ses complices à savoir Bria Garriote, Mark Henderson, Jelle Braaksma, Eliseo Bicaldo, Thomas Hand, Jeffrey Waugh, Attorney Enrico Barin et Marc de Schutter.

Selon le ministre de la justice, le nommé Angel Ferdinand Marcos s’était présenté en novembre 2016 aux autorités tchadiennes comme représentant de Global Infrastructure Dévelopment and International Agency (GIDIFA). Il a fait savoir aux Tchadiens que GIDIFA est une organisation spécialisée des Nations Unies qui peut aider le Tchad à surmonter à sa grave crise de trésorerie.

«Profitant de la situation économique difficile que notre pays traverse, ces criminels ont proposé, lors d’une audience accordée le 14 novembre 2016, à leur représentant par le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby, un plan de financement à hauteur de 10 milliards dollars américains soit 6500 milliards FCFA», déclare le ministre la justice.

  1. Ahmat Mahamat Hassane reconnait, finalement, aujourd’hui, que GIDIFA est une organisation fictive créée et utilisée «par un criminel notoire, d’envergure internationale, un certain Angel Ferdinand Marcos et ses complices».

Le garde des Sceaux tchadien alerte que, Angel Ferdinand Marcos, dans sa machinerie criminelle, se fait passer pour le fils illégitime de Ferdinand Edralin Marcos (10è président de la République des Philippines 1965-1985).

«Ce Ferdinand Marcos est aussi cité dans d’autres affaires de crime économique, d’escroquerie, de placement, de faux en écriture privée avec d’autres pays notamment les Emirats Arabes Unis) où il utilise le même mode opératoire criminel pour piéger ses victimes, pour la plupart, ses propres compatriotes philippins», informe le ministre de la justice.

Une instruction judiciaire, dit-il, est actuellement en cours et «nous lançons un mandat d’arrêt international contre Angel Ferdinand Marcos et ses complices», déclare professeur Ahmat Mahamat Hassane, ajoutant que, n’eut été la vigilance de nos autorités, ces criminels auraient pu mener à bien leur entreprise criminelle contre l’Etat tchadien.

Commentaires Facebook