Présidentielle au Brésil: entre désinformation, manipulation et autres rumeurs

Politique | Publié le Jeudi 04 Octobre 2018 à 15:19:25 | |
 

BUZZ ACTU  

Présidentielle au Brésil: entre désinformation, manipulation et autres rumeurs

Au Brésil, à la veille des élections, les fausses informations pullulent sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais dans le contexte d’une campagne fortement polarisée entre l’extrême droite et le Parti des travailleurs de Lula, la désinformation n’avait jamais atteint un niveau si élevé. Les amateurs de la théorie du complot sévissent surtout sur les réseaux sociaux, où ils peuvent diffuser leurs informations en toute impunité. Ou presque.  

  

Le but des « fake news » est simple : déstabiliser l’adversaire politique pour le faire passer pour quelqu’un de malhonnête, voire dangereux. On retrouve deux exemples marquants dans les camps des deux favoris à l’élection présidentielle. Côté Jair Bolsonaro, son agression au couteau, début septembre, a tout de suite déclenché des hordes de tweets et publications Facebook qui mettent en doute la véracité de l’attaque, surnommée de « fake facada », fausse attaque.

 

Il y a ceux qui pensent que l’agression était une mise en scène, la lame du couteau rétractable et l’expression de douleur du candidat complètement fausse. D’autres accusent le Parti des travailleurs d’être en lien avec le coupable, et d’autres encore estiment que Bolsonaro a prémédité cette attaque pour grimper dans les sondages.

 

Fernando Haddad, du Parti des travailleurs, n’échappe pas non plus aux rumeurs. La dernière en date rapporte par exemple qu’il aurait déclaré qu’à l’âge de 5 ans, les enfants deviendraient propriété de l’Etat, et que l’Etat choisirait leur genre. Un vrai problème pour les candidats et leurs partis, qui qualifient ce phénomène de « guerre virtuelle ». Ils sont parfois obligés à passer plus de temps à démentir les rumeurs qu’à faire campagne.

 

L'application WhatsApp très utilisée par les militants

 

En juin dernier, Facebook et Google ont signé un accord avec le Tribunal supérieur électoral brésilien pour lutter contre les fausses informations, ce qui a relativement freiné leur diffusion sur ces réseaux « publics ».

 

En revanche, WhatsApp permet de s’échanger des messages de façon privée, et les groupes de militants sont beaucoup plus difficiles à contrôler. Les plus nombreux sont ceux qui appuient Bolsonaro, dont les « suiveurs » sont qualifiés de « Bolsominions » en référence au dessin animé.

 

La rédaction brésilienne du journal El Paisa pu entrer dans ces fameux groupes et en analyser les contenus. Il en ressort plusieurs éléments : des mensonges et fausses informations sont diffusées, camouflées sous l’apparence d’articles de journaux.

 

Des vidéos démentent les informations négatives lues dans la presse brésilienne. Les sondages qui ne voient pas Bolsonaro gagner au premier tour sont systématiquement remis en question. Des publications de « faux appuis » de personnalités à Bolsonaro.

 

La lutte contre les fake news s'organise

 

Il existe une grande quantité de projets pour démentir ces informations au quotidien : Comprova, une agence de vérification d’informations réunit 24 grands médias, dont l’AFP, et diffuse chaque jour une liste mise à jour de fausses informations décryptées.

 

Sur WhatsApp, un universitaire de l’Etat de Minas Gérais a par exemple mis en place le projet « Elections sans fake » pour démentir une par une les rumeurs, et relayer les enquêtes de Comprova.

 

Enfin, les partis constituent eux-même des cellules « anti fake news », avec des numéros de téléphone dédiés. Un combat essentiel, puisque près de la moitié des électeurs s’informent par Internet, selon l’institut de sondage Ibope.

Commentaires Facebook