Présidentielle libérienne : Boakai et Weah confiants

Politique | Publié le Jeudi 28 Decembre 2017 à 09:34:01 | |
 
Présidentielle libérienne : Boakai et Weah confiants

Les deux candidats en lice pour le second tour de la présidentielle libérienne, Joseph Nyumah Boakai et George Weah, se sont tous montrés confiants pour une issue heureuse de ce scrutin qui s’est déroulé ce mardi, dans le calme.

 

 

"Je suis confiant de remporter le second tour parce que les Libériens croient en moi", a déclaré Boakai, face à la presse dans le 6ème District du Comté de Montserrado, où il a voté de même que son challenger.

Il a ajouté qu’il "acceptera le résultat de l’élection pour autant qu’il soit libre, équitable et transparent et qu’il réponde aux normes".

Il a décrit le vote comme "un grand test de la démocratie" et souligné qu’il était "prêt à accepter le résultat".

Pour sa part, Weah a déclaré :  "Le souhait des Libériens de voir une alternance" sera démontré lors de ces élections".

Le second tour de la présidentielle libérienne qui a débuté mardi à 8h00, s’est poursuivi sans problème majeur.

Hormis une information relayée par les medias locaux selon laquelel une femme a été arrêtée par la police parce qu’elle avait essayé de voter deux fois, il n’y a eu aucune irrégularité dans les bureaux de vote, qui ont fermé à 18h00.

Cependant, le taux de participation dans les centres électoraux à travers le pays est jugé faible par rapport aux élections du 10 octobre, durant lesquelles les bureaux de vote étaient bondés d’électeurs.

Les observateurs électoraux ont également attribué la lenteur du vote au fait que, après avoir célébré Noël lundi, de nombreux Libériens ont la gueule de bois pour n’avoir pas bien dormi.

Les électeurs ont cependant félicité l’organe de supervision des élections, la Commission électorale nationale, pour le travail bien fait. Ils ont expliqué qu’en raison du toilettage du fichier électoral final (FRR), il était facile pour les électeurs de trouver leur nom sur les listes électorales, aucun électeur n’ayant eu à passer des heures pour connaître son bureau de vote.

L’élection aurait dû avoir lieu le 7 novembre, mais elle a été retardée car la Cour suprême avait ordonné sa "suspension", sur la base d’une plainte du Parti de la liberté (opposition) et exigé une reprise du scrutin.

La Cour suprême du Libéria a déclaré le 7 décembre que le second tour pouvait se tenir, après qu’elle a confirmé la décision de la Commission électorale selon laquelle ces irrégularités ne nécessitaient pas une reprise des élections.

 

 

Commentaires Facebook