RDC/Un ministre de l'opposition refuse de démissionner et s'en remet au président malgré l'injonction de son parti

Politique | Publié le Mercredi 25 Octobre 2017 à 12:07:58 | |
 
RDC/Un ministre de l'opposition refuse de démissionner et s'en remet au président malgré l'injonction de son parti

La direction politique de son parti avait décidé de le retirer du gouvernement, mais Pierre Kangudia refuse. Le ministre d'Etat en charge du Budget a réuni la presse mardi 24 octobre dans son cabinet de travail. Il a déclaré se mettre à la disposition du président de la République, le seul à pouvoir le relever de ses fonctions comme il l'avait nommé. A l'UNC, on considère plutôt qu'il a choisi de quitter le parti.

 

 

Dans la salle des réunions du ministère, au septième étage de l'Hôtel du gouvernement, le ton est frondeur. Pierre Kangudia n'y va pas par quatre chemins : « Je refuse pour satisfaire les intérêts personnels et égoïstes de certaines personnes, de créer inutilement une crise au sein du gouvernement qui va à coup sûr fragiliser les membres du gouvernement issus de l’opposition », a-t-il déclaré.

C'est une brève déclaration que le ministre d'Etat en charge du Budget termine par ces mots sans ambiguïté : « La décision de mon retrait du gouvernement ayant été communiquée à son excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat, qui m’avait désigné le 8 mai 2017 ministre d’Etat chargé du Budget, je vais solennellement me mettre à sa disposition. C’est à lui seul que revient la décision de me relever de mes fonctions », a-t-il estimé.

« C’est un citoyen congolais qui jouit des libertés garanties par la Constitution, a réagi Me Baudouin Mayo Mambeke, secrétaire interfédéral de l’Union pour la nation congolaise (UNC). Il a estimé qu’il ne quitte pas le gouvernement et que c’est plutôt l’UNC qu’il quitte. Nous prenons acte, c’est tout. »

L'UNC n'est donc pas épargnée par les crises à répétition qui s'observent dans les partis de l'opposition. De nombreuses défections sont enregistrées parmi les amis de Vital Kamerhe.

 

 

Commentaires Facebook