Sommet UE-UA à Abidjan : «… Ouattara est jeune dans son approche des relations internationale » ( Ahmedou Ould Abdallah, ex-Sga Onu)

Politique | Publié le Samedi 28 Octobre 2017 à 17:05:47 | |
 
Sommet UE-UA à Abidjan : «… Ouattara est jeune dans son approche des relations internationale » ( Ahmedou Ould Abdallah, ex-Sga Onu)

L’ex- secrétaire générale adjoint de l’organisation des Nations Unies (Onu), Ahmedou Ould Abdallah, a dénoncé le refus du gouvernement ivoirien de convier au sommet de l’Union Européenne et les Etats Africains, prévue le 29 novembre 2017 à Abidjan-Côte d’Ivoire, la République Arabe saharaoui démocratique (RASD). Dans une interview accordée aux confrères de rfi, l’ex-diplomate mauritanien a invité les dirigeants africains à sortir des ‘’ querelles politiques’’.

 

« L’intérêt pour beaucoup d’Africains est : comment faire en sorte que l’Afrique passe de l’aide au commerce. Et je pense qu’ils doivent arrêter ces querelles politiques qui datent depuis des décennies. Même avant qu’on ne parle de la guerre du Sahara, déjà l’Afrique était lancée dans ce qu’un ami sénégalais appelait « les guerres d’anciens combattants », a dénoncé Ahmedou Ould Abdallah.

Pour rappel, le président Alassane Ouattara, a refusé de convier au sommet de l’UE-UA, prévue le 29 novembre prochain à Abidjan, la (RASD). Ce, selon des indiscrétions, sous la pression du Royaume du Maroc à cause des tensions qui les opposent depuis 27 ans.

A la question de savoir ce qu’il pensait de l’attitude du chef de l’Etat ivoirien, l’ex-diplomate mauritanien a inque que : « Contrairement à ce qu’on peut penser, Ouattara est jeune dans son approche des relations internationale. Il sait que sans économie on fait du surplace ou on fait des slogans comme les années 1970. Et donc ce sommet, la tenue de ce commet à Abidjan, est important ».

Toutefois, il a invité le Maroc à ne pas mêler les pays subsahariens et plus singulièrement la Côte d’Ivoire dans ce conflit qui les opposent.

« Nos querelles en Afrique du Nord atteignent déjà l’Europe, qui bloquent les échanges entre les populations des deux pays, doivent épargner l’Afrique subsaharienne », a-t-il plaidé.

Commentaires Facebook