Un homme arrêté dans le Val d'Oise voulait tuer Emmanuel Macron le 14 juillet

Politique | Publié le Mardi 04 Juillet 2017 à 07:08:25 | |
 
Un homme arrêté dans le Val d'Oise voulait tuer Emmanuel Macron le 14 juillet

 L'homme de 23 ans habite Argenteuil. Se présentant comme «nationaliste», il a été mis en examen samedi pour «entreprise individuelle terroriste».

C'est un signalement sur internet qui a alerté les autorités. Lors d'une conversation sur un site de jeux vidéo, un homme de 23 ans habitant Argenteuil, dans le Val d'Oise, écrit qu'il cherche à se procurer une arme de type kalachnikov pour commettre un attentat, selon les informations de RMC. Ces propos sont alors signalés sur la plateforme internet-signalement.gouv.fr.

Lorsque les policiers arrivent à son domicile pour l'interpeller mercredi dernier, trois couteaux de cuisine sont retrouvés dans son véhicule et l'exploitation de son ordinateur révèle qu'il a effectué des recherches sur internet concernant des cibles potentielles.

Déjà condamné l'an dernier 

Ses propos en garde à vue sur sa volonté de s'en prendre au chef de l'État lors du défilé du 14 juillet, et ses déclarations contre les noirs, les arabes, les juifs et les homosexuels, conduisent les policiers à le confier à la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire. Il a depuis été mis en examen samedi pour «entreprise individuelle terroriste», a confirmé une source judiciaire au Figaro.

Se décrivant comme «nationaliste», il graviterait dans des milieux proches de l'extrême droite, selon RMC. «Instable psychologiquement» mais «conscient et déterminé», il a déjà été condamné en 2016 à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve pour provocation à la haine raciale et apologie du terrorisme après avoir vanté les actes d'Anders Behring Breivik, l'auteur de l'attentat du 22 juillet 2011 en Norvège (77 morts).

Ce n'est pas la première fois qu'une telle menace est mise au jour en France. En 2002, Maxime Brunerie, un militant néonazi de 25 ans, avait tenté d'assassiner le président Jacques Chirac lors du défilé du 14 Juillet. Il s'était rendu sur les Champs avec un fusil 22 long rifle dissimulé dans un étui à guitare. Il avait ouvert le feu lorsque l'ancien chef de l'État se trouvait à seulement vingt mètres de lui, avant d'être maîtrisé par plusieurs badauds. L'homme a été condamné en décembre 2004 à dix ans de réclusion criminelle. «Je voulais faire quelque chose d'historique», avait-il expliqué lors de son procès. Il a été libéré en août 2009.

 

Source: Le figaro 

Commentaires Facebook