Accident vasculaire cardiaque (AVC) : L’ennemi public N°1 des ivoiriens

Santé | Publié le Mercredi 01 Mars 2017 à 14:22:58 | |
 

+ de Santé

BUZZ ACTU  

Accident vasculaire cardiaque (AVC) : L’ennemi public N°1 des ivoiriens

Ces dernières années, nombreux sont les ivoiriens et les ivoiriennes qui ont été victimes d’un accident vasculaire cardiaque (AVC). Certains y ont laissé de leur vie d’autres non, mais traine encore des séquelles graves. A l’époque, il fallait avoir 40 ans révolus pour y être exposé. De nos jours nul n’est à l’abri d’un accident vasculaire cardiaque (AVC), elle touche de plus en plus les jeunes. Ainsi, nous nous posons les questions suivantes : Qu’est-ce que c’est un AVC ? Quelles en sont les causes ? Et comment réduire les risques de faire un AVC ?

Qu’est-ce que c’est un AVC ?

Un accident vasculaire cardiaque (AVC) ou encore une attaque cérébrale, est une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Il survient à la suite de la rupture d’un vaisseau sanguin. Ce qui provoque ensuite la mort des cellules nerveuses, parce que, privées d’oxygène et éléments nutritifs essentiels à leur bon fonctionnement.

 

Quelles sont les causes d’un AVC ?

Un AVC est causé, dans la plupart des cas, d’une affection dont les causes sont internes, liées à l'alimentation ou l'hygiène de vie, notamment. Chez la majorité des gens, il n’y a pas de signe précurseur d’une crise. Toutefois, plusieurs facteurs de risque peuvent être surveillés. Chez la majorité des gens, il n’y a pas de signe précurseur d’une crise. Toutefois, plusieurs facteurs de risque peuvent être surveillés.

Un médecin canadien, spécialisé dans les recherches lié aux risques de faire un AVC, a donné sa version des faits. Selon lui, l’athérosclérose, c’est-à-dire la formation de plaques de lipides sur la paroi des vaisseaux sanguins, est l’une des principales causes de l’accident vasculaire cérébral. Par ailleurs, l’’hypertension artérielle est aussi un facteur de risque important. Avec le temps, la pression anormale exercée par le sang sur la paroi des vaisseaux sanguins peut provoquer leur rupture. Seulement, il n’est pas toujours aisé voire possible de déterminer la cause exacte d’un AVC. Il est important, cependant, que les médecins la recherchent en procédant à divers examens afin de réduire le risque de récidive.

 

Comment réduire les risques de faire un AVC ?

Cette fois, nous allons vous proposer 10 moyens faciles de réduire votre risque d’AVC.

  1. Parlez à un médecinou professionnel de la Santé

Il faut régulièrement parler avec votre médecin de la façon de réduire votre risque d'AVC. Demandez à votre médecin de mettre par écrit les choses qui augmentent votre risque d'AVC (facteurs de risque d'AVC). Élaborez un plan simple avec votre médecin sur la manière de réduire votre risque.
 

  1. Commencez par prendre une bouchée d'alimentation saine

Cette semaine, achetez du pain aux grains entiers plutôt que du pain blanc.
 

  1. Bougez-vous pour être actif, si votre médecin vous l'a recommandé

 Si vous pensez à devenir actif, parlez-en d'abord à votre médecin. Si votre médecin vous donne le feu vert pour faire une activité physique, essayez de prévoir une petite activité supplémentaire dans votre routine quotidienne : prendre les escaliers au lieu de l'ascenseur ou descendre de l'autobus un arrêt avant votre destination. 
 

  1. Connaissez votre poids santé

 Pour atteindre un poids santé, vous devez connaître votre objectif. Utilisez le calculateur de l'indice de masse corporelle (IMC) pour connaître votre IMC. Écrivez-le, ainsi que votre IMC cible (vous pouvez discuter de cet objectif avec votre médecin). Conservez-le dans un endroit où vous le voyez, sur le réfrigérateur par exemple.
 

  1. Surveillez votre consommation d'alcool 

 Au cours des prochaines semaines, calculez le nombre de boissons alcoolisées que vous buvez chaque jour. Pour les femmes, il est peut-être temps de diminuer si vous buvez plus de 2 boissons par jour, surtout si votre consommation excède 10 boissons par semaine. Pour les hommes, il est peut-être temps de diminuer si vous buvez plus de 3 boissons par jour, surtout si votre consommation excède 15 boissons par semaine. 
 

  1. Dissipez la fumée

 Les personnes qui fument ont près de deux fois plus de probabilité de subir un AVC. La fumée des autres augmente aussi votre risque. Si vous fumez, parlez à votre médecin ou à votre pharmacien pour essayer d'arrêter. Si vous ne fumez pas, pensez aux endroits auxquels vous êtes exposé à la fumée des autres et à la façon de les éviter.
 

  1. Profitez de la vie, éviter le stress

Le stress peut augmenter votre risque d'AVC. Mettez par écrit la principale cause de stress dans votre vie et tentez de trouver au moins une façon de la gérer.
 

  1. Faites-vous un bilan de santé

 Certains états pathologiques peuvent augmenter votre risque d'AVC. Parmi ceux-ci, on retrouve : la fibrillation auriculaire, le diabète, l’hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé, des antécédents d'AVC ou d'AIT (« mini AVC »)
 Si vous présentez ces états pathologiques (ou si vous n'avez pas réalisé d'analyses pour ceux-ci récemment), parlez à votre médecin de la façon dont cela peut influencer votre risque d'AVC et de ce que vous pouvez faire. Veuillez noter que la liste des états pathologiques qui peuvent augmenter le risque d'AVC ci-dessus n'est pas exhaustive, parlez à votre médecin pour en savoir plus.

 

  1. Vérifiez les effets secondaires des médicaments que vous prenez

Utilisez l'outil de suivi du traitement pour savoir s'il est temps de consulter votre médecin à propos de vos médicaments.
 

  1. Voire votre arbre généalogique

Informez-vous pour savoir si vos proches (parents, frères et sœurs, enfants) ont déjà subi un AVC avant l'âge de 65 ans. Le cas échéant, mentionnez-le à votre médecin afin qu'il puisse évaluer précisément votre risque d'AVC.

 

Commentaires Facebook