Affaire Lait pour bébé contaminé : le PDG du groupe Lactalis promet indemniser toutes les familles

Santé | Publié le Lundi 15 Janvier 2018 à 14:35:36 | |
 

BUZZ ACTU  

Affaire Lait pour bébé contaminé : le PDG du groupe Lactalis promet indemniser toutes les familles

En décembre dernier, le gouvernement ivoirien interdisait sur toute l’étendue du territoire national trois produits laitiers destinés à la nutrition infantile, jugés dangereux. Une mesure faisant écho à un scandale français. Trente-sept bébés ont été atteints de dont 18 avaient été hospitalisés après consommation desdits produits laitiers.

 

 

Les laits Picot SL sans lactose, premier âge 350 g (particulièrement les lots dont les dates limites de péremption sont comprises entre le 15 février et le 29 septembre 2019 est interdit de vente), Pepti Junior sans lactose, premier âge 460g (avec une date de péremption comprise entre le 14 septembre 2018 et le 1er février 2019) et Milumel bio, 1er âge 900g sans huile de palme (avec une date de péremption comprise entre le 03 avril et le 13 octobre 2018) sont interdits de commercialisation et de consommation en Côte d’Ivoire. Le ministère de la santé les jugeant dangereux a exhorté les populations à la vigilance.

Une décision qui s’aligne sur celle des pays desservis par le groupe Lactalis, producteur de ces produits destinés à la nutrition infantile.

Fortement critiqué ces derniers jours en France où de nouvelles infections de bébés étaient signalées jusqu’au 11 janvier 2018, Emmanuel Besnier, le PDG du groupe a assuré dédommager les victimes.  

« Notre métier, c'est de mettre des produits sains sur le marché. Si cela n'a pas été le cas, c'est notre responsabilité (...) Nous indemniserons toutes les familles qui ont subi un préjudice », a-t-il garanti.

Selon l’Agence France-Presse (AFP), après une rencontre le 12 janvier avec le ministre français de l’économie, le géant mondial avait  annoncé la reprise de tous les lots de lait infantile produits dans l'usine incriminée située Craon (ouest de la France), élargissant les rappels successifs lancés depuis début décembre à 83 pays dont des pays d’Afrique et d’Asie.

Selon l’institut Pasteur, il pourrait y avoir potentiellement des victimes entre 2005 et 2017.

 

 

Commentaires Facebook