Quels fruits et légumes peuvent protéger les poumons des fumeurs des méfaits du tabac?

Santé | Publié le Jeudi 21 Decembre 2017 à 17:41:06 | |
 
Quels fruits et légumes peuvent protéger les poumons des fumeurs des méfaits du tabac?

La consommation de pommes et de tomates a un effet positif sur les poumons, en général, et sur ceux des gros fumeurs, en particulier, selon des recherches menées par une équipe de scientifiques qui ont étudié l’impact des habitudes alimentaires sur le développement des bronchopneumopathies chroniques obstructives.

 

La consommation de pommes et de tomates a un effet bénéfique sur les poumons des gros fumeurs. En effet, ces deux fruits contiennent des substances qui protègent les bronches des agressions extérieures et des inflammations, apprend-on dans un article publié dans la revue European Respiratory Journal.

«Le fonctionnement des poumons commence à se dégrader vers l’âge de 30 ans. La vitesse de ce processus dépend de l'état de santé général de chaque individu et de ses autres particularités. Nos recherches ont montré que la consommation de fruits en grande quantité pouvait ralentir cette dégradation et même protéger les poumons des fumeurs des agressions provoquées par leur consommation de tabac», a précisé Vanessa Garcia-Larsen de l’Université John-Hopkins de Baltimore (États-Unis).

Le tabagisme et la pollution de l’air sont responsables de bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), qui se caractérisent par un rétrécissement irréversible des voies respiratoires dû à une inflammation des tissus pulmonaires. A l’horizon 2020, la BPCO sera la troisième cause de décès dans le monde, selon les prévisions de l’OMS. Dans 80 à 90% des cas, elle se développe à cause du tabagisme actif ou passif. 

Depuis plus d’une dizaine d’années, Vanessa Garcia-Larsen et ses collègues étudient l’influence des régimes alimentaires et de la consommation de certains produits sur la probabilité pour les individus en bonne santé et pour les gros fumeurs d’être atteints d’une BPCO.

En 2002, les scientifiques ont constitué un groupe de 600 volontaires de divers pays européens. Ils ont examiné l’état de leurs poumons, étudié leur régime alimentaire et mesuré la fréquence de leur consommation de tabac. Dix ans plus tard, ils ont fait de même. L’analyse comparative des données qu’ils ont ensuite menée leur a permis d’établir quelles habitudes alimentaires augmentaient le risque de développer une BPCO, d’une part, et avaient une influence sur la capacité pulmonaire, de l’autre.

Ils sont parvenus à la conclusion qu’il existait réellement un lien entre régime alimentaire et état des poumons: les participants à l’étude qui mangeaient deux ou trois tomates ou quelques morceaux de pommes par jour souffraient beaucoup moins de BPCO que les autres et pouvaient insuffler de 60 à 80 ml d’air de plus qu’eux en une unité de temps donnée. Chez les gros fumeurs, le rapport entre consommation alimentaire et état des poumons était encore plus évident: les poumons des mangeurs de fruits avaient l’air beaucoup plus jeunes que ceux des fumeurs qui ignoraient les pommes, tomates ou d’autres fruits et légumes.

Curieusement, les fruits consommés sous des formes dérivées, comme des mousses, des jus, etc., n’ont pas eu d’effet bénéfique sur les poumons. Les scientifiques conseillent aux médecins de «prescrire» des fruits et légumes à tous leurs patients souffrant d’insuffisance pulmonaire, car cela peut ralentir le développement d’une BPCO.

 

Source: Sputniknews

Commentaires Facebook