Saison pluvieuse/ Voici les maladies à craindre

Santé | Publié le Vendredi 16 Juin 2017 à 10:52:59 | |
 
Saison pluvieuse/ Voici les maladies à craindre

Nous sommes de plein pied dans la saison des pluies. Et qui dit pluie dit  humidité et eau stagnante. Des facteurs qui favorisent la prolifération de certaines maladies auxquelles enfants, femmes enceintes et personnes âgées sont les plus exposées. Quelles sont-elles ? Comment les éviter ? Que faire quand on en souffre ? Réponse dans les lignes qui suivent. 

 

 

Ces maladies sont de divers ordres. Nous les avons donc réparties en 4 grands groupes, selon qu’elles touchent la peau, le système digestif, l’appareil respiratoire ou qu’elles soient véhiculées par le même agent, le moustique.

 

  • Maladies infectieuses gastro-intestinales

Il peut s’agir aussi bien d’une simple diarrhée que de maladies plus graves comme la dysenterie et le choléra. En cause, une mauvaise hygiène.

Les maladies diarrhéiques sont aussi appelées maladies des mains sales. Elles peuvent donc être évitées avec une hygiène adéquate qui passe par l’inévitable lavage des mains.

Aussi, pendant la saison des pluies, on est exposé à un plus grand risque d’intoxication alimentaire. Les mouches et les cafards, principaux vecteurs de bactéries pullulent dans les maisons.  En raison de l’humidité ambiante, les bactéries se multiplient et sont plus actives.

Il faut donc veiller à laver soigneusement et désinfecter tout fruit et légume avant de les consommer. Il faut aussi s’assurer que les enfants (population à risque) se lavent régulièrement les mains au savon. Ils doivent se laver les mains quand ils viennent du dehors, avant de manger, en sortant des toilettes ...

 

  • Maladies infectieuses de la peau

Nous en avons recensées deux. Il s’agit de la leptospirose et du pied d'athlète.

Encore appelée maladie du rat, la leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier. Ses principaux réservoirs sont les rongeurs, en particulier les rats (puis les chiens et les animaux d'élevage), qui transmettent la maladie par leur urine. Chez l’homme, la maladie est souvent bénigne, mais peut conduire à l’insuffisance rénale, voire à la mort dans 5 à 20% des cas.

Le pied d’athlète est une infection à champignon (qui prolifère aisément en saison pluvieuse). Il touche habituellement la peau située entre les orteils. Des rougeurs apparaissent au creux des plis, puis la peau sèche et pèle.

Pour les éviter il faut donc veiller à avoir une hygiène irréprochable et consulter un médecin au moindre doute.

 

 

  • Maladies de l’appareil respiratoire

On peut citer en premier lieu la grippe. Bénigne, elle peut devenir grave si elle est mal soignée et dégénérer en pneumonie. Les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées sont les plus à risque. Pour les enfants, il est recommandé de ne pas les médicamenter en cas de grippe. Il suffit de les garder bien au chaud et couverts.

A côté de la grippe, il y a la maladie (syndrome) « pieds-mains-bouche ». C’est aussi une infection bénigne qui touche les enfants de 0 à 5 ans. Elle se  caractérise par des éruptions de boutons surmontés de petites cloques. Ils peuvent apparaître à plusieurs endroits, mais on les retrouve principalement sur la paume des mains, la plante des pieds et les fesses. Des boutons pourraient aussi être présents à l’intérieur de la bouche. L’enfant peut avoir de la toux, de la fièvre, des maux de tête, de la diarrhée ou même vomir.

Les cas de « pieds-mains-bouche » guérissent généralement après 7 jours, sans traitement. Mais si les symptômes persistent ou s’aggravent, il faut consulter un médecin. Il est important de veiller à ce que l’enfant boive beaucoup. Si des signes de déshydratation apparaissent, une visite à l’urgence s’impose.

La maladie se transmet facilement au contact des mains, des aliments, des sécrétions et des selles. Pour la prévenir, un geste simple: le lavage des mains.

 

 

 

  • Maladies du moustique

Nous en avons recensées trois, à savoir la dengue, le paludisme et l’encéphalite japonaise. Et encore une fois, enfants femmes et personnes âgées sont les populations à risque.

Après une récente épidémie au Burkina Faso voisin, un cas de dengue a été identifié en Côte d’Ivoire. Des mesures ont été automatiquement prises par les autorités sanitaires pour prévenir une contagion à plus grande échelle. Notamment une démoustication des zones à risque. La prudence doit toutefois rester de mise. Avec la saison des pluies, les eaux stagnent presque partout. Les moustiques (qui transmettent la dengue et aussi le paludisme) se reproduisent plus aisément. Il faut donc éviter de s’exposer à leurs piqûres en détruisant tous les nids potentiels dans et autour de nos habitations, en veillant à dormir sous des moustiquaires imprégnées et en utilisant des insecticides.

Des mesures de prévention qui valent également pour l’encéphalite japonaise. Restée longtemps cantonnée en Asie, la maladie a fait cette année sa première victime africaine. En avril dernier, alors qu’ils menaient des recherches génétiques sur le virus responsable de l’épidémie de fièvre jaune qui a frappé l’Angola et la République démocratique du Congo, des scientifiques des Instituts Pasteur de Paris et Dakar ont identifié un patient présentant une co-infection. Il souffrait à la fois de la fièvre jaune et de l’encéphalite japonaise. Or ce dernier n’avait jamais voyagé en dehors de l’Angola. Transmises par des moustiques différents, la fièvre jaune et l’encéphalite japonaise sont dues à deux virus de la famille (Flaviviridae). La détection de cette coïnfection entre les deux virus pose ainsi la question du risque d’introduction et de circulation de l’encéphalite japonaise en Afrique.

 

 

Commentaires Facebook