Le dernier en date déclaré le 19 avril était sur le point de prendre fin quand les députés ont voté la prorogation de la mesure.

Le gouvernement malien a le pouvoir de déclarer l’état d’urgence pour un délai de 10 jours.

L’assemblée nationale doit valider toute autre proposition d’état d’urgence supérieur à ce délai.

L’état d’urgence ‘’permet aux autorités de renforcer davantage les dispositifs de prévention et de lutte contre le terrorisme et d’accroitre les capacités opérationnelles et les actions de contrôle des forces armées de sécurité sur le territoire nationale’’, d’après le gouvernement.

Les attaques terroristes sont monnaie courante, surtout dans le nord et le sud du Mali.

Pour le gouvernement ‘’la mesure a porté ses fruits, mais la menace terroriste demeure toujours.’’

Depuis le 20 novembre 2015, date à laquelle une attaque terroriste avait ciblé l’hôtel Radisson Blue de Bamako, faisant une vingtaine de morts parmi les clients et le personnel de l’établissement, l’état d’urgence a été déclaré, presque sans discontinuer, sur toute l’étendue du territoire malien.

 

 

                                                             APA