160 000 femmes et filles vivent avec le VIH au Ghana, selon l’ONUSIDA

Société | Publié le Mardi 13 Juin 2017 à 11:45:36 | |
 
160 000 femmes et filles vivent avec le VIH au Ghana, selon l’ONUSIDA

Un nouveau rapport de l’ONUSIDA sur la prévalence du VIH chez les femmes a révélé que le Ghana est parmi les pays ayant le taux de prévalence le plus élevé en Afrique de l’Ouest. Environ 160 000 femmes et filles au Ghana, vivent avec le virus, selon le rapport.

Le rapport de 2017 intitulé «Quand les femmes mènent, les changements se produisent – les femmes avancent, la fin du sida» fournit des statistiques mondiales sur la prévalence du VIH parmi les femmes à travers le monde.
Le rapport souligne également les contributions, les défis et les succès de l’ONUSIDA dans la lutte contre le VIH / sida.

Selon le rapport, 18,6 millions de femmes, et de filles vivent avec le VIH dans le monde. Selon le rapport, les femmes représentent 51% des personnes vivant avec le VIH dans le monde, mais avec de grandes différences régionales

En Afrique de l’Ouest et centrale, près de 60% de toutes les personnes vivant avec le VIH sont des femmes. Comme indiqué dans le rapport de l’ONUSIDA, près d’un million de filles et de femmes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2015.

En Afrique subsaharienne, les femmes représentent 56% des nouvelles infections par le VIH chez les adultes. Les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans représentent 25% des nouvelles infections par le VIH chez les adultes, et présentent un risque particulièrement élevé d’infection par le VIH, même si elles représentent seulement 11% de la population adulte.

En parlant à Wendy Laryea de la chaine de télévision ghaneene TV3, à midi, jeudi 8 juin, le représentant sortant de l’ONUSIDA, Girmay Haile, a admis que la lutte contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH / sida n’a pas été couronnée de succès, en grande partie à cause des normes sociales et des cultures.

« S’il y a un domaine que nous n’avons pas réussi, c’est ce domaine de la stigmatisation et de la discrimination ». Il a expliqué que l’éducation en matière de santé génésique et l’éducation sur le VIH / sida ne sont pas suffisamment amicales pour soutenir la lutte contre le VIH / sida.
Girmay Haile a également expliqué que la criminalisation du travail s3xuel n’a pas non plus contribué à la question.
« Même si nous avons fait des progrès considérables, nous n’avons toujours pas pu arrêter la situation parce qu’elles sont en conflit avec la loi et la tendance est qu’elles se cachent, nous ne pouvons donc pas les joindre pour offrir ces services « .
Le taux de prévalence chez les commerçantes de s3xe au Ghana est de 11,1%. En plus de la prévalence du VIH, les travailleuses du s3xe sont également confrontées à des défis tels que le violence physique et violence s3xuelle.

 

 

Afrikmag.com

Commentaires Facebook