Ambassade du Canada en Côte d'Ivoire: Un employé dérobe plus de 42 millions à la mission diplomatique

Société | Publié le Vendredi 27 Octobre 2017 à 13:27:36 | |
 

+ de Société

Ambassade du Canada en Côte d'Ivoire: Un employé dérobe plus de 42 millions à la mission diplomatique

Un employé de l'ambassade du Canada en Côte d'Ivoire avait développé un stratagème pour siphonner les ressources de la mission diplomatique. Une carte de paiement et des complices chez un fournisseur local de carburant lui ont permis de voler des milliers de dollars pendant trois ans.

 

Affaires mondiales Canada a déclenché une enquête après avoir repéré, en septembre 2016, des transactions irrégulières. Au coeur des irrégularités, une carte utilisée pour alimenter en carburant des génératrices. L'ambassade a recours à ces cartes fournies par Total Côte d'Ivoire pour acheter l'essence.

« L'enquête a révélé une utilisation frauduleuse d'une carte de carburant de la part d'un employé de l'ambassade avec la complicité d'employés du fournisseur local », a expliqué par écrit une porte-parole d'Affaires mondiales Canada. Près de 75 000 $ ont ainsi été dérobés au gouvernement canadien entre 2013 et 2016.

À la suite de l'enquête, l'employé embauché localement a été congédié. Le gouvernement canadien a réussi à récupérer seulement 13 000 $ jusqu'à présent. « Des pourparlers sont en cours avec le fournisseur pour le remboursement d'une partie des pertes », a fait savoir la porte-parole du ministère.

« Il y a toujours un risque que ça survienne », explique François Audet, professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal.

Selon lui, les missions étrangères sont ciblées en raison de leurs ressources opérationnelles importantes, particulièrement dans les pays confrontés à la pauvreté et aux grands écarts de richesse. Certains y voient « une possibilité d'aller chercher un peu de revenus supplémentaires de manière illégale ».

Il ajoute que ces commerces clandestins sont chose courante. Tous les pays et de grandes organisations doivent y faire face.

Resserrement des vérifications

L'opposition à Ottawa se demande si c'est une occasion de mieux encadrer l'utilisation de ce genre de cartes dans les missions diplomatiques. « Peut-être qu'il faut renforcer la politique ou au moins faire une révision », croit le député du NPD Alexandre Boulerice.

Après l'incident, Ottawa a justement ajouté des vérifications supplémentaires « afin de diviser les rôles et responsabilités, gérer l'inventaire et assigner les cartes de carburant ». De nouveaux contrôles ont aussi été mis en place avec le fournisseur Total Côte d'Ivoire.

La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, se veut rassurante, évoquant un cas d'exception. Elle ajoute que des mesures sévères ont été prises après la découverte de la fraude.

"On apprend aussi d'une ambassade à l'autre quand une situation survient. Ça nous permet de partager l'information, partager les modes de fonctionnement pour que ça ne se reproduise plus".

Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international

Ce montant ne représente qu'une fraction du budget de l'ambassade, mais François Audet croit que cette situation illustre l'importance d'un système de gestion serré et réactif. Il reconnaît qu'il « n'y aura jamais une façon de gérer ça de manière complètement étanche ».

Un autre cas de fraude

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement canadien est confronté à une situation semblable.

De 2004 à 2016, il a été victime de pratiques frauduleuses à son ambassade d'Haïti. Des fraudes qui ont entraîné des pertes de plus de 1,7 million de dollars. Radio-Canada a révélé que 17 employés embauchés localement ont été congédiés pour détournement de biens, vol et collusion.

Affaires mondiales Canada avait ensuite vérifié les pratiques de gestion dans cinq missions jugées à risque : Nairobi (Kenya), Moscou (Russie), Abuja (Nigeria), New Delhi (Inde) et Alger (Algérie). La lutte contre la corruption dans les opérations des missions à l'étranger demeure un défi pour le gouvernement du Canada.

 

Avec ici.radio-canada.ca

Commentaires Facebook