Bouaké : 4 interpellations dans une manifestation des employés d’Olheol

Société | Publié le Jeudi 23 Novembre 2017 à 13:54:25 | |
 
Bouaké : 4 interpellations dans une manifestation des employés d’Olheol

Quatre employés de l’usine de trituration des graines oléagineuses, Olheol industries Côte d’Ivoire ont été interpellés, jeudi matin, à Bouaké (Centre-Nord) par la gendarmerie nationale après avoir exprimé leur mécontentement en fermant pendant près d’une heure et demi les accès de la zone industrielle de cette deuxième ville du pays.

 

‘’Nous manifestons aujourd’hui pour interpeller les autorités parce que notre employeur qui nous doit 14 mois de salaire plus un mois de gratification refuse de discuter avec notre syndicat qu’il dit ne pas reconnaître’’, explique à APA, la Secrétaire générale adjointe du Syndicat des travailleurs de Olheol industries Côte d’Ivoire (SYN.TRA.OI.CI), Ouattara Ebé épouse Oussou.

‘’Nous n’avons pas d’autres voies pour revendiquer notre droit. C’est pour cela qu’on a décidé de rester sur la route jusqu’à ce que les autorités trouvent une solution à notre problème car pour notre employeur le salaire n’est pas un préalable ni une priorité’’, a-t-elle ajouté.

Ce jeudi matin, de 7h00 à 8h30 Gmt et heure locale, une centaine d’employés de l’usine Olheol de Bouaké a exprimé son mécontentement en fermant l’accès de la zone industrielle de la ville à la circulation.

Après l’échec d’une première négociation entreprise par des éléments de la police, ce n’est que vers 8h30 que la manifestation a pu être dispersée par des jets de gaz lacrymogènes grâce à une intervention d’une quinzaine d’éléments de l’escadron de la gendarmerie de Bouaké. Quatre personnes ont été interpellées à la suite de cette affaire.

Depuis quelques mois, l’usine Olheol industries Côte d’Ivoire est placée sous la sécurité de la gendarmerie nationale suite à un bras de fer qui oppose le patronat et les employés de cette principale unité industrielle de fabrication d’huile alimentaire et d’aliments de bétail dans le Centre-Nord ivoirien.

Commentaires Facebook