Concours national en droit international humanitaire : l’université Ouaga II remporte le trophée

Société | Publié le Jeudi 25 Mai 2017 à 22:44:09 | |
 
Concours national en droit international humanitaire : l’université Ouaga II remporte le trophée

L’université Ouaga II, Jean Pictet de Ouagadougou a remporté le mercredi 24 mai 2017, le premier prix du concours national en droit international humanitaire (DIH), organisé par le comité international de la croix rouge (CICR) en collaboration avec l’université Ouaga II.

Les finalistes au concours national en droit international humanitaire (DIH),l’université Ouaga II et l’université Privé de Ouagadougou ont exprimé pendant 40 minutes leurs savoir-faire en matière de plaidoirie le mercredi 24 mai dernier. Les deux équipes ont été mises en situation de procès fictive des accusés de guerre dans l’Etat de Pacifico. C’est au bout ce travail impérieux que l’équipe de l’université Ouaga II Jean Pictet, représentant les avocats de la défense été jugée digne de représenter le Burkina Faso au concours régional en droit international humanitaire qui se tiendra en novembre 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire. L’équipe lauréate est également repartie avec un trophée, des horloges CICR, un bon d’achat d’ouvrages d’un montant de 90 000 F CFA. Cette dernière a eu 20 minutes pour démontrer l’innocence de ses clients accusés d’avoir commis des crimes de guerre, des génocides dans l’Etat de Pacifico.

L’université Privé de Ouagadougou qui était celle de l’accusation des généraux Génan, Poltron et du président Morvi Bravero de l’Etat de Pacifico a remporté le 2e prix composé de bon d’ouvrages, d’un montant de 60 000 F CFA et de stylo CICR en métal. Le meilleur plaideur, Clément Zongo de l’équipe de l’université Ouaga II, a quant à lui, reçu un trophée et un bon d’achat d’ouvrages de 30 000 F CFA. « Je suis très ravi d’avoir gagné ce concours après des nuits blanches de travail », a-t-il rejoui.Aussi, tous les autres participants au concours ont reçu un un livret (souvenir de Solférino), un tee-shirt sur les principes fondamentaux, des lanières et des jeux de cartes et un certificat de participation.

En effet, cette mise en situation de procès a été une occasion pour les étudiants d’allier la pratique à la théorie. « C’est une fierté, parce que quelque fois il y a cette controverse doctrinale qui dit qu’entre la théorie et la pratique il y a un fossé et c’est l’occasion pour nous d’expérimenter la phase pratique de ce que nous enseignons à nos étudiants et qu’ils savent sortir le droit des livres et des ouvrages pour les appliquer à la réalités », a confié le directeur adjoint de l’UFR/SJP de l’université Ouaga II, Dié Léon Kassabo. Et de signifier que ce concours de plaidoirie est une occasion de renforcer les capacités des étudiants.

Pour le chef de mission du CICR, Christian Munezero, l’objectif de ce concours est de vulgariser le DIH, de faire la promotion de ce droit dans les milieux académiques et de sensibiliser les futurs élites sur le DIH.Il a encouragé l’équipe lauréate et a promis de l’accompagner de manière à ce qu’elle arrive suffisamment outillée au concours régional prévu en Côte d’ Ivoire.Il a par ailleurs invité tous les participants à mettre en application les connaissances acquises en DIH et à être les vaillants porte-flambeaux des valeurs humanitaires à quelque poste de responsabilité qu’ils seront bientôt amenés à occuper. Le concours national en DIH qui se tient chaque deux ans aura lieu en 2019.

Source: Sidwaya

Commentaires Facebook