Crise alimentaire : « Au Nigeria, c’est un désastre qui s’annonce »

Société | Publié le Vendredi 14 Avril 2017 à 13:25:11 | |
 

+ de Société

 Crise alimentaire : « Au Nigeria, c’est un désastre qui s’annonce »

Il y a quelques semaines, j’ai rencontré un garçon, appelé Modu, qui vit avec sa mère dans le camp de déplacés de Bama. Lui et sa mère venaient de fuir, lors d’une opération militaire contre Boko Haram, leur village isolé situé non loin de la ville de Konduga. J’ai rencontré Modu au centre de dépistage de la malnutrition que soutient le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans l’hôpital central de Bama, qui fut réduit en cendres par Boko Haram. Modu est âgé de 12 mois mais ne pèse que 6 kg et souffre de malnutrition aiguë sévère. Il survivra, mais beaucoup d’autres enfants n’auront pas cette chance. Dans le nord-est du Nigeria, un demi-million d’enfants souffrent aujourd’hui de malnutrition aiguë sévère. Sans traitement, un sur cinq mourra.

Le gouvernement nigérian a reconnu que le conflit dans le nord-est a atteint une dimension globale. Actuellement, 26 millions de personnes sont affectées dans six Etats, ce qui équivaut à la population de la Norvège, du Danemark, de la Suède et de la Finlande réunis. Malgré les efforts nationaux, la situation exige un soutien international afin d’empêcher une famine. C’est pourquoi les Nations unies et leurs partenaires ont lancé le quatrième plus important appel de fonds humanitaire au monde, sollicitant 1 milliard de dollars [environ 940 millions d’euros] pour 2017. Ils ont l’ambitieux objectif de fournir à 7 millions de personnes l’aide vitale dont elles ont besoin dans les trois Etats les plus touchés du Nord-Est : Adamawa, Borno et Yobe.

Transformer les promesses en actions

L’aide de la communauté humanitaire atteint désormais 1,7 million de personnes en situation d’insécurité alimentaire dans le nord-est du pays. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a augmenté de 700 % l’aide alimentaire aux personnes affectées, passant de 159 000 en octobre 2016 à 1,08 million de bénéficiaires en février 2017. Nos actions sont en train de faire une différence vitale pour des millions de personnes, en particulier dans les zones les plus touchées. Mais, malgré nos efforts conjoints, ce n’est toujours pas suffisant !

Selon les dernières données sur l’insécurité alimentaire du gouvernement nigérian et de l’ONU, 4,7 millions de personnes ont un besoin urgent d’aide alimentaire, dont 1,4 million en cas d’urgence et 43 000 en situation de quasi-famine. En février 2017, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté la communauté internationale à accroître son soutien de manière considérable pour éviter le pire dans le Nord-Est. Avec l’arrivée imminente de la saison de soudure, des centaines de milliers de personnes risqueront, pendant des mois, de ne plus avoir assez de nourriture. Un désastre se profile à l’horizon.

Dans le nord-est du Nigeria, nous, les dirigeants de la communauté humanitaire, faisons tout notre possible pour renforcer la coordination entre les parties prenantes. Presque un an après le Sommet mondial sur l’action humanitaire, nous nous sommes engagés à transformer les promesses de la « nouvelle façon de travailler » en actions. Cela signifie que les approches multisectorielles et inter-organisations font partie intégrante de notre travail quotidien. Nous faisons des efforts collectifs pour combler le fossé entre les acteurs humanitaires et les acteurs du développement. S’attaquer aux causes profondes du conflit – y compris la pauvreté, la privation et l’injustice socio-économique – est la seule voie possible vers une solution permanente et durable.

Une violence sexuelle quotidienne

J’ai récemment visité plusieurs régions de l’Etat de Borno qui étaient auparavant inaccessibles. Des endroits auxquels on ne peut accéder que par hélicoptère en raison de l’insécurité des routes. Dans la petite ville de Pulka, dévastée par le conflit armé, j’ai rencontré Alhaji. Il a fui son village, à 15 km au nord de Pulka, où lui et sa famille avaient été isolés pendant plusieurs mois, sous le contrôle de Boko Haram, dans un état indescriptible de famine.

Alhaji m’a dit que lorsque Boko Haram avait ravagé son village, trois mois auparavant, ils ne pouvaient rien leur donner car ils avaient à peine de quoi se nourrir. Boko Haram a tué 17 de ses voisins et l’a ligoté, bras derrière le dos, et fouetté publiquement. Une nuit, il a réussi à fuir ces atrocités avec une de ses femmes et ses deux enfants. Ils se sont dirigés vers le camp de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Mais Alhaji est un homme brisé et il a perdu toute sensation dans les bras des suites de la torture qui lui a été infligée.

 

Une femme que j’ai rencontrée à Dikoa a été témoin du rapt violent de ses quatre filles alors qu’elles tentaient d’échapper à Boko Haram. Malgré les difficultés physiques et le manque de nourriture, d’eau, d’abri et d’assistance sanitaire, la crise dans le nord-est du Nigeria reste principalement une crise de protection où la violence sexuelle et sexiste est quotidienne. Et nous ne devons pas oublier que des hommes et des garçons sont également victimes de cette crise.

Un terrain fertile pour l’extrémisme

À la fin du mois de février, des donateurs ont généreusement promis 458 millions de dollars lors de la toute première conférence humanitaire sur le Nigeria, à Oslo. En outre, le Conseil de sécurité de l’ONU a récemment visité la région. Dans une résolution, il s’est félicité de l’élargissement et de l’intensification de la réponse humanitaire. Le Conseil a par ailleurs exhorté les donateurs et les gouvernements concernés à redoubler rapidement leurs efforts et à débourser les fonds promis pour prévenir une nouvelle détérioration de la crise humanitaire et commencer à répondre aux besoins endémiques de développement.

Je crains que, aujourd’hui, près de deux mois après la conférence d’Oslo, la volonté politique et les esprits volontaristes s’effacent peu à peu. Un tiers du financement global requis pour aider les plus vulnérables de la région en 2017 a été promis, et seulement 15 % du financement de l’appel de fonds humanitaire lancé par l’ONU a été reçu. Pour les six prochains mois (avril-septembre), le PAM a besoin de 242 millions de dollars pour aider 1,8 million de personnes, soit plus de 1,3 million de dollars par jour. Faute de financement suffisant, le PAM devra réduire son soutien vital.

 

Ces donations sont essentielles, sinon la crise humanitaire continuera de se détériorer, ce qui, à son tour, alimentera un terrain fertile pour l’extrémisme. Il n’y a pas de baguette magique pour répondre à une urgence d’une telle échelle. Nous avons besoin des personnes les plus engagées, qualifiées et efficaces pour gérer et étendre les opérations humanitaires. Cela représente un défi continu dans un monde confronté à des crises humanitaires sans précédent. La communauté internationale, avec le gouvernement nigérian, a son rôle à jouer et ne doit pas détourner les yeux.

Nous devons tous nous éloigner des méthodes habituelles. Si nous suspendons nos efforts dans le nord-est du Nigeria, les besoins ne cesseront de s’accroître. L’Histoire regorge d’occasions manquées et l’on ne peut laisser le Nigeria devenir le théâtre d’une autre crise sans issue. Nous demandons donc instamment aux pays donateurs – à ceux qui contribuent déjà ainsi qu’à de nouveaux – de redoubler d’efforts maintenant si nous voulons pouvoir éviter un désastre.

 

 

LeMonde.fr



Commentaires Facebook