Dans le sud de la Tunisie, les jeunes chômeurs de Tataouine défient l’Etat

Société | Publié le Samedi 27 Mai 2017 à 07:54:00 | |
 
Dans le sud de la Tunisie, les jeunes chômeurs de Tataouine défient l’Etat

Des manifestants réclamant des emplois et la mise en place d’un fonds de développement sont installés à côté d’un site pétrolier qu’ils contrôlent désormais.

C’est un campement de tentes de toile battues par le vent du Sahara où, au loin, chaloupent des dromadaires. « On continuera jusqu’au bout, on passera même le ramadan ici sous une température de 50 °C », assure Jamel Diffalah, barbe sombre et foulard blanc noué au front. Ici, à El-Kamour, morceau brûlé de désert du sud tunisien, à égale distance des frontières libyenne et algérienne, mûrit une crise sociale qui fait vaciller la Tunisie.

Né à Tataouine, le chef-lieu du gouvernorat, un mouvement de jeunes chômeurs réclamant des emplois a fini par établir sa ligne de front à El-Kamour, à 120 kilomètres au sud-ouest. De cette station de pompage, nœud stratégique d’un oléoduc souterrain, on peut fermer d’un tour de main le pétrole saharien de la Tunisie. Et c’est bien ce que font les protestataires depuis lundi 22 mai, le jour où tout a basculé.

Un drapeau tunisien est planté sur un cône de cailloux, pauvre mémorial blanchi par le soleil. Anouar Sakrafi, un manifestant, est mort là, percuté par un pick-up de la garde nationale (la gendarmerie). En cette matinée du 22 mai, les convois de la garde nationale et de la police pensaient faire place nette en quelques heures. Ce camp de fortune où, au fil des semaines, se radicalisaient les esprits, faisait peser une menace sur le secteur des hydrocarbures, devenue insoutenable aux yeux du gouvernement de Tunis. Mais l’intervention a tourné au drame et à la débâcle pour l’Etat, qui a dû retirer la police et la garde nationale.

A Tataouine, les échos des affrontements d’El-Kamour ont jeté instantanément dans les rues la foule qui a incendié les sièges de la police et de la garde nationale. La situation s’est depuis apaisée ; seuls des débris de barrages de bois, de tôle et de pneus brûlés témoignent de la poussée de fièvre. Mais la ville est désormais désertée de toute force de l’ordre.

Commentaires Facebook