Djibouti, la minuscule cité-Etat du Golfe d’Aden, et ses sept armées

Société | Publié le Mardi 27 Juin 2017 à 13:01:28 | |
 
Djibouti, la minuscule cité-Etat du Golfe d’Aden, et ses sept armées

Il y a quarante ans, jour pour jour, Djibouti était la dernière colonie française en Afrique à accéder à l’indépendance. Aujourd’hui, grâce à sa situation stratégique face au détroit du Bab-el Mandeb, à l’entrée d’une des grandes routes commerciales du globe, cette minuscule cité-Etat voit les grandes puissances du moment venir la solliciter pour positionner leurs troupes sur son sol pour combattre les jihadistes ou les pirates, ou les deux. L’arrivée de la Chine sur la scène complique la donne.

 

 

Djibouti semble vivre à « une nouvelle allure du temps », écrivait il y a quelques mois Sonia Le Gouriellec, citant Michelet, dans une tribune du quotidien Le Monde consacrée aux mutations profondes en cours dans ce pays. Chercheuse à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSERM), l’auteur connaît bien Djibouti et retrace avec enthousiasme le rôle central que celui-ci joue dans l’accélération de l’histoire dans l’Afrique de l’Est en pleine émergence, regrettant seulement que ce renouveau s’écrive avec la Chine et pas avec son partenaire historique, la France, qui n’a pas su repenser sa relation avec ce pays aux ambitions régionales.

Lorsqu’on fait le bilan des quatre décennies d’indépendance de Djibouti, il est difficile de ne pas s’apercevoir que cette petite cité-Etat de la corne de l’Afrique est en train de changer, plus rapidement aujourd’hui qu’au cours des trente premières années de son existence en tant que pays indépendant. Qualifié longtemps d’« arpents de cailloux bordant la mer Rouge », ce territoire à peine plus grand que la Normandie est en passe de devenir grâce à sa situation face au détroit du Bab-el-Mandeb, entre la mer Rouge et l’océan Indien, l’un des lieux les plus stratégiques de la planète où les pays les plus puissants se concurrencent pour positionner leurs troupes.

L’enjeu est de taille, celui de protéger l’une des principales voies maritimes du globe par laquelle circulent près de 20% des exportations mondiales et 10% du transit pétrolier annuel. Aujourd’hui, tout le monde veut être à Djibouti.

« Du sable, du sel et 20 000 chameaux »

Ce destin stratégique n’avait pas été prévu lorsque ce confetti de l’ancien empire français a accédé à l’indépendance le 27 juin 1977. C’est le président Giscard d’Estaing qui a reconnu la vocation à la souveraineté de cette dernière possession française en Afrique lorsque sa population a voté à plus de 98% en faveur de l’émancipation au référendum organisé pour mesurer l’adhésion populaire...L'article complet en un clic sur Rfi.fr

 

 

 

Commentaires Facebook