Jacqueville/ Vers l’instauration du péage sur le pont Yacé

Société | Publié le Vendredi 26 Janvier 2018 à 18:00:22 | |
 

+ de Société

Jacqueville/  Vers l’instauration du péage sur le pont Yacé

Au cours d’une cérémonie de présentation de vœux, jeudi 25 janvier 2018 dans le village de Sassako-Bégnini, Joachim Beugré, maire de Jacqueville, a rappelé aux populations la nécéssité d’ériger un péage sur le pont Philippe Grégoire Yacé.

 

 

S’il est vrai que le pont Philippel Grégoire Yacé a contribué fortement au désenclavement de la ville de Jacqueville (61 km d’Abidjan), l’infrastructure doit générer des profits d’autant qu’elle a décuplé le nombre de visiteurs. Telle est l’essentiel de l’adresse du maire de cette commune à l’endroit des populations. « Pour le moment, le pont nous sert, mais il faut que Jacqueville profite de ce pont. Ce sont surtout les hôteliers et les propriétaires de ‘‘maquis’’ (restaurants typiquement ivoiriens, Ndlr) qui en profitent. La mairie n’en profite pas vraiment pour le moment. Les choses vont changer. », a indiqué Joachim Beugré.

A l’en croire, cette cité balnéaire recevait environ 400 visiteurs les week-ends avant la construction du pont. Des chiffres qui ont grimpé depuis la construction du pont où la ville est passée à 2000 visiteurs les week-ends ordinaires et 5000 visiteurs les jours de fêtes et autres jours fériés. Lesquels 5 000 visiteurs doivent contribuer au développement car participant, dit-il, déjà à la polution des plages.

Des retombées du probable péage, le maire Joachim Beugré prévoit le bitumage de l’axe Jacqueville-Toukouzou Hozalem. «Un kilomètre de bitume coûte 450 millions francs Cfa.  Le bac qui nous rapportait le tiers de notre budget a été supprimé sans compensation financière. Le budget est resté égal à lui-même (150 millions francs Cfa) avec 75 millions francs Cfa d’investissement par an. », a-t-il revelé. Le maire attend donc l’approbation des chefs de village et chefs de terre avant de porter cette doléance au gouvernement.

 

Commentaires Facebook