Miss Côte d’Ivoire/ Encore de beaux jours pour le mimétisme occidental

Société | Publié le Jeudi 08 Juin 2017 à 11:09:32 | |
 
Miss Côte d’Ivoire/ Encore de beaux jours pour le mimétisme occidental

Les lampions se sont éteints sur la 21ème édition du concours de beauté miss Côte d’Ivoire pour se rallumer l’année prochaine. Un concours qui marque le diktat des critères de beauté de l’occident sur l’Afrique.

Revoilà le tonitruant concours de beauté Miss Côte d’Ivoire, avatar des temps modernes. Le paradoxe est éloquent lorsque les dirigeants africains qui crient souveraineté nationale sur tous les toits s’approprient cette culture occidentale au détriment du concours Awoulaba magnifiant les canons esthétiques de la beauté africaine. Ceux-ci entrainent dans cette perdition toutes les firmes qui ne lésinent aucunement sur les moyens. 5 millions Frs Cfa offerts à la Miss par la première dame, 10 millions Frs Cfa offerts par la première entreprise de téléphonie mobile, 10 autres millions offerts par une entreprise leader du pagne, un véhicule gracieusement offert…bref, la liste n’est pas exhaustive. Monts et merveilles pour s’être simplement exhibée à moitié nue ou pour une mission officieuse ? La question vaut tout son sens à en juger par la présence à l’édition du samedi 3 juin 2017 du groupe Kiff No Beat interprétant son tube à succès ‘‘Kpokplé 200 200’’. Une chanson qui fait l’éloge de la prostitution pour un concours de beauté censé magnifier la femme. Il est clair, seuls les organisateurs du concours et leurs employeurs savent quelle excellence ils recherchent en s’excitant de voir des jeunes filles dénudées se déhancher sur un podium.

C’est décidemment la marque de fabrique du peuple africain : mettre ses coutumes sous l’éteignoir et célébrer avec faste celles venues d’ailleurs. Ce stupide mimétisme occidental a encore de beaux jours devant lui marquant l’hégémonie socio-culturelle de la métropole sur les indigènes.

Peuple vassal, toujours prêt à jouer le singe devant l’occident. Il ne reste plus qu’à célébrer la Gay pride dans les capitales africaines. Au demeurant, des africains, sous l’instrumentalisation occidentale, acceptent déjà  l’homosexualité et réfutent la polygamie. Haro ! La sortie de l’auberge semble encore très loin.

 Résultat de recherche d'images pour "mandjalia Gbané"

 

Commentaires Facebook